Départementales: Les Verts et le Front de Gauche veulent peser à Lille

POLITIQUE Les partis du front de Gauche et Europe Ecologie les Verts (EELV) s'allient pour la première fois aux départementales en espérant rétablir l'équilibre à gauche...

Gilles Durand
— 
Karima Delli et Yvon Spriet  (EELV) mènent une campagne originale sur les marchés.
Karima Delli et Yvon Spriet (EELV) mènent une campagne originale sur les marchés. — EELV

C'est la première fois qu'ils font liste commune. Les Verts et le Front de Gauche se sont trouvés des points d'accord pour mener ensemble, à Lille, la campagne électorale des départementales. A cinq jours du 1er tour, cette union espère rééquilibrer les forces de gauche et se retrouver au second tour dans les cinq cantons lillois et le canton Roubaix 2 où elle se présente.

Un PS remonté contre cette alliance

«Nous avons travaillé sur des propositions communes», explique Dominique Plancke, porte-parole d'EELV. Au PC, on parle désormais de «besoins sociaux», mais aussi «écologistes». La réussite de cette alliance rouge et verte à Grenoble, lors des dernières élections municipales a sans doute donné des idées. Néanmoins, l'initiative n'a guère plu au PS, majoritaire dans l'hémicycle départemental. Le chef de fille des socialistes, Didier Manier, a dénoncé la «responsabilité historique» du Front de Gauche et d'EELV dans la division de la gauche au premier tour. «A quelle élection a-t-on le droit de se présenter, alors?», répond Joseph Demeulemeester, de la section lilloise du PC.

Réclamer les 3 milliards de dettes de l'Etat

Visiblement, les points de désaccord avec la politique menée par l'ancien conseil général du Nord étaient trop importantes pour EELV et le Front de gauche. Tous deux dénoncent l'austérité budgétaire. «Nous allons demander le paiement de la dette de 3 milliards que doit l'Etat au département. Nous pourrions aller jusqu'au tribunal», assure Sébastien Polvèche, du Parti de Gauche. Depuis deux ans, la majorité PS du conseil général a, en effet, renoncé à réclamer cette somme correspondant aux versements des prestations sociales non compensées par l'Etat, depuis plusieurs années.

 

C'est ce soir ! Grand meeting EELV-Front de gauche pour les départementales à Lille, avec la participation du... http://t.co/LhCIF9XA6c
— EELV Lille (@EELV_Lille) 17 Mars 2015

 

« Aider l'emploi local »

Bref, EELV/Front de gauche veut retrouver des marges de manœuvre budgétaires, notamment pour «aider l'emploi local et à long terme via l'économie social et solidaire». «Il est possible de privilégier l'emploi local dans les marchés publics. C'est un levier qui est mal utilisé», note Hugo Vandamme, du PC.

Les candidats promettent également la création de comité d'usagers et l'utilisation de référendums locaux «pour redonner un fonctionnement plus démocratique à l'institution, trop méconnue», explique Gisèle Hubert, des Gens d'Hellemmes, une association qui a rejoint l'alliance.

Cap à gauche toute

Bref, cap à gauche toute. «On ne veut pas du retour de la droite, et encore moins d'une arrivée de l'extrême droite», glisse Dominique Plancke, pour EELV. Au vu des derniers résultats électoraux, cette union de gauche pourrait bien se maintenir pour le second tour, dans un ou deux cantons.