Nord: Loin derrière le PSG, voici l'US Ohain la plus petite équipe du foot français

FOOTBALL Le club nordiste est dernier de son groupe en 18e division nationale, le plus petit échelon du football français...

Francois Launay

— 

L'équipe B de l'US Ohain, dernière de son groupe en 4e division de district
L'équipe B de l'US Ohain, dernière de son groupe en 4e division de district — US OHAIN

C'est l'exact opposé du PSG. Bien loin des fastes, des millions et des exploits en Ligue des champions du club de la capitale, voici l'US Ohain. Ce petit village de l'Avesnois (1200 habitants) a la particularité d'être le plus petit club du football français. Dernier de son groupe de quatrième division de District Escaut, soit le dix-huitième et dernier niveau national, l'équipe nordiste ne peut pas tomber plus bas.

Aucune victoire en onze matchs et 56 buts encaissés

En onze matchs, l'équipe réserve du club n'en a remporté aucun pour deux nuls, huit défaites, un forfait sans oublier 12 buts marqués contre 56 encaissés. «On vient de relancer cette année une équipe réserve avec des joueurs qui n'avaient plus pratiqué le foot depuis quatre ou cinq ans. C'est une équipe qui me tient à cœur car il y a beaucoup de volonté. Ils sont courageux», se justifie Sébastien Riochet, président et joueur du club.

Etudiants, demandeurs d'emploi ou salariés, les joueurs d'Ohain s'entraînent deux fois par semaine. Avant de se retrouver le dimanche pour le plus souvent prendre des déconvenues. Et pourtant, la saison avait (presque) bien commencé. «On menait 5 à 0 à la mi-temps de notre premier match contre Curgies. Mais à cause d'erreurs d'arbitrage, on a finalement fait match nul (5-5)», poursuit le dirigeant de ce club de seulement trente licenciés.

Chaussettes, taupier et primes de match

Pour exister, l'équipe peut heureusement compter sur le soutien de la mairie. «On a une subvention d'environ 1.500 euros. Et cette année, j'ai demandé une subvention exceptionnelle de 200 euros pour acheter des chaussettes. La mairie nous a aussi aidés à repeindre les vestiaires. Et puis, on a désormais un taupier pour enlever les nombreuses taupes sur notre terrain», explique le président. Quant aux primes de matchs, elles sont inexistantes. Le club consent juste à rembourser les frais d'essence lors des matchs à l'extérieur. Pas de moyens, pas de victoire, mais beaucoup de convivialité. «On est juste content de se voir et de boire le verre de l'amitié à l'issue de l'entraînement», assure Sébastien Riochet. 

«Si les Qataris pouvaient racheter Ohain...»

Quant au titre honorifique de plus petite équipe de France, il est plutôt pris avec le sourire. «Ça ne me fait rien du tout car je sais qu'on ne peut que s'améliorer. Après si les Qataris pouvaient racheter l'US Ohain, ça ne me dérangerait pas non plus», sourit le bénévole qui n'a désormais plus qu'une seule envie. «Il faut qu'on remporte un match d'ici la fin de saison». Quitte à perdre ce statut si particulier dans le foot français.