Les élus UDF partent dans tous les sens

©2007 20 minutes

— 

Chacun pour soi et François Bayrou pour tous. Les élus UDF du Nord avanceront, dimanche, en ordre dispersé au moment de glisser leur bulletin dans l'urne. En bon soldat, Olivier Henno, le premier secrétaire fédéral, a écouté la voix de son maître pour ne donner aucune consigne de vote. « Chacun est libre de faire ce qu'il veut. Je ne veux porter aucun jugement de valeur sur les électeurs ou sur les élus UDF. »

La barre à droite toute, Valérie Létard n'a pas fait le même choix. La plus jeune sénatrice de France votera pour Nicolas Sarkozy. « Je ne comprends pas son choix, tacle Jacques Richir, chef de file UDF à Lille. Les pressions du clan Borloo ont dû être fortes. » Elue du Valenciennois, Valérie Létard - qui n'a pas souhaité répondre à nos questions - est en effet proche de Jean-Louis Borloo. Elle aurait donc agi « davantage dans une cohérence territoriale qu'électorale », assure Marc-Philippe Daubresse, député-maire (UMP) de Lambersart et ancien ministre du Logement.

Car dans ce jeu de poker menteur, chacun voit midi à sa porte. Elu député en 2002 sous une étiquette UMP avant de rejoindre l'UDF, Francis Vercamer, le maire d'Hem, apportera naturellement sa voix à Nicolas Sarkozy. De l'autre côté de la capitale des Flandres, Denis Vinckier, conseiller général de Lomme, votera Ségolène Royal. Quant à Gérard Vignoble, le député-maire de Wasquehal, il assure qu'il a pris le temps de lire le rapport parlementaire sur le vote blanc avant de se décider à ne soutenir aucun des deux candidats.