Nord: Les salariés des verreries de Masnières ont 15 jours pour se prononcer sur le plan de reprise

SOCIAL La période d'activité a été prolongée de deux semaines pour permettre l'organisation d'un référendum des salariés...

M.L. avec AFP

— 

Les verreries de Masnières, dans le Nord.
Les verreries de Masnières, dans le Nord. — Google Maps

Mercredi, le tribunal de commerce de Douai a demandé aux salariés des Verreries de Masnières de se prononcer par référendum, d'ici au 17 mars, sur le projet de cession-reprise de l'actuel propriétaire, a-t-on appris de sources syndicales.

Organisation d'un référendum

Le tribunal a prononcé une liquidation judiciaire assortie d'une période d'activité maintenue de quinze jours, ce qui permet dans les faits l'organisation par les administrateurs judiciaires d'un référendum auprès des salariés afin de choisir entre l'adoption du plan de reprise et son rejet, ont expliqué deux syndicalistes à l'AFP.

Le groupe autrichien Stölzle, actuel propriétaire de l'entreprise de 441 employés spécialisée dans la production de flacons pour la parfumerie de luxe, est l'unique candidat à la reprise. Les salariés doivent décider s'ils acceptent le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) prévoyant la suppression de 108 postes et la mise en veille de l'un des deux fours. Néanmoins, une marge de négociation existe en ce qui concerne l'organisation du travail, ont indiqué la CFE-CGC et la CGT.

Passer du 5x8 au 4x8

La direction souhaite la faire passer de 5x8, consistant à faire tourner cinq équipes sur le même poste par plages de huit heures, à 4x8. Ce à quoi s'oppose la CGT, syndicat majoritaire, préférant un 5x8 aménagé. «Si la direction revient autour de la table avec un 4x8 comme elle désire l'imposer aux salariés, les discussions risquent d'être âpres et compliquées», a prévenu Frédéric Valez, délégué CGT et élu au comité d'entreprise, présent à l'audience.

Selon lui, le maintien d'une organisation en 5x8 permettrait de sauver 35 emplois, ramenant le nombre de licenciements à 38 en comptant les 35 emplois concernés par la préretraite amiante. «Le passage au 4x8 va accentuer tous les facteurs de pénibilité que les salariés subissent et prématurément les amener au cimetière», a dénoncé Frédéric Valez.

La CFE-CGC espère quant à elle «qu'ils améliorent les modalités d'application du 4x8, ne serait-ce qu'en termes de jours de repos et de conditions financières», a déclaré Pascal Duchatel, représentant du syndicat.

Le 15 octobre, les Verreries de Masnières avaient été placées en redressement judiciaire, avec une période d'observation de six mois.