Tourcoing: Déclarée morte mais bien vivante, Nicole galère pour survivre

INSOLITE Cette habitante de Tourcoing ne peut toucher sa retraite après avoir été déclarée décédée par la sécurité sociale...

Mikaël Libert
— 
Des personnes font la queue à l'accueil de la caisse d'assurance retraite Carsat, à Villeneuve d'Ascq.
Des personnes font la queue à l'accueil de la caisse d'assurance retraite Carsat, à Villeneuve d'Ascq. — M.Libert / 20 Minutes

Pas facile la vie de mort-vivant. Nicole a bien du mal a se dépêtrer avec les tracasseries de l'administration après avoir été déclarée «officiellement» morte par la sécurité sociale révèlent nos confrères de France 3.

Morte trois fois

En juillet 2014, Nicole, une habitante de Tourcoing, quittait la vie active pour prendre sa retraite. Elle a déposé son dossier à la CARSAT, l'organisme qui gère les retraites. Sans nouvelles pendant trois mois, Nicole avait tenté à maintes reprises de contacter l'organisme pour prendre des nouvelles. Finalement, le 15 décembre, c'est la CARSAT qui appelle Nicole pour lui apprendre une étrange nouvelle: la sécurité sociale l'avait déclarée morte le 23 juillet 2014. Mauvaise nouvelle confirmée par un courrier. L'habitante de Tourcoing avait même appris qu'elle était décédée trois fois...

Nicole ne s'était pourtant pas laissée démonter et avait contacté la sécurité sociale, laquelle avait répondu que non, pour l'organisme était bien vivante... Au moins de janvier, la «jeune» retraitée avait même reçu une attestation de droits. Incompréhensible.

Certificat de vie

Comme les appels téléphoniques et les multiples déplacements de Nicole ne suffisaient pas à justifier de son statut de «vivante», l'administration lui a réclamé un certificat de vie. Document que l'infortunée «morte-vivante» s'est procuré en mairie. Mais, après l'avoir envoyé, les choses ne se sont pas débloquées pour autant.

A ce jour, Nicole ne perçoit toujours pas sa retraite. Elle vit avec les 540 euros du RSA. Notons que la CARSAT est déjà empêtrée dans un retard de traitement de plusieurs milliers de dossiers de nouveaux retraités de la région.