Info «20 Minutes»: Le succès d'«Art Up!» va gagner Rouen en 2016

CULTURE Fort d'une popularité qui ne se dément pas, la foire lilloise d'art contemporain va inaugurer une édition en Normandie dès octobre 2016...

Mikael Libert

— 

Un galeriste installe son stand lors de l'édition 2014 d'Art Up! à Lille.
Un galeriste installe son stand lors de l'édition 2014 d'Art Up! à Lille. — M.Libert / 20 Minutes

Elle a fait du chemin, la petite. Créée en 2008, la foire d'art contemporain «Art Up!» (anciennement Lille Art Fair) est désormais ancrée dans le paysage culturel lillois comme une moule à son rocher. Néanmoins, ayant trouvé l'amour auprès des nordistes, la jeune fille a eu envie de faire des petits. Du moins un petit. Ainsi, dès octobre 2016, «Art Up!» sera déclinée à la sauce normande.

80 galeries attendues à Rouen en 2016

Fort du succès rencontré par «Art Up!» dans le Nord, son directeur, Didier Vesse était fier, jeudi, d'annoncer la création d'une édition à Rouen, en Normandie, dès 2016. «Ce sera le week-end du 7 au 9 octobre, au Parc des expositions. Elle accueillera entre 70 et 80 galeries, contre une centaine à Lille», explique le directeur. Didier Vesse argumente son choix: «Il fallait que ce soit ni trop loin, ni trop près de Lille, dans une ville avec un tissu économique important». Et les créateurs de la foire d'art contemporain ne vendent pas le concept, puisque c'est Lille Grand Palais qui sera, en association avec le Parc des expositions rouennais, coproducteur de l'événement.

Les ventes explosent de 30%

Pour l'avenir d'«Art Up!» à Lille, ça ne change rien. L'édition 2015, qui s'est terminée dimanche, livre un bilan qui satisfait d'ailleurs pleinement Didier Vesse. «Nous avons enregistré 28.000 visiteurs sur les quatre jours, soit autant qu'en 2014», se réjouit le directeur. Plus, ce serait trop dans la configuration actuelle. «Ce que nous souhaitons, c'est qualifier les visiteurs que nous avons déjà», poursuit Didier Vesse. Et, avec 30% de ventes en plus par rapport à 2014, l'homme est en passe de réussir son pari. S'il reste difficile d'avoir des chiffres précis sur le montant des transactions réalisées, on sait néanmoins que certaines galeries vendent très bien et d'autres pas du tout: «Par exemple, un exposant à vendu 12 œuvres pour 175.000 euros et cinq galeries n'ont rien vendu», glisse Didier Vesse. A noter aussi la forte présence des Belges qui, selon le directeur, «ne vienne pas pour faire les touristes».