Nord: Quelles sont les spécificités de l'enseignement dans l'académie de Lille?

EDUCATION Une enquête de l'Insee démontre les spécificités de l'académie de Lille par rapport à ses homologues en France...

Gilles Durand
— 
Marcq-en-Barul, le 13 juin 2013. Un cours dans une classe de première de l'école bilingue Jeannine Manuel.
Marcq-en-Barul, le 13 juin 2013. Un cours dans une classe de première de l'école bilingue Jeannine Manuel. — M.LIBERT/20 MINUTES

Avec 824.800 élèves, l'académie de Lille est la 3e de France derrière Versailles et Créteil. L'Insee, institut national de la statistique, a mené une étude* pour connaître les spécificités de la scolarisation dans la région Nord-Pas-de-Calais.

1. Un ratio enseignants/élèves dans la moyenne. L'académie compte 54.700 enseignants, ce qui représente un ratio global de 15,1 élèves par professeur (18,6 dans le primaire et 12,2 dans le secondaire). Soit le même chiffre que la moyenne française.  En revanche, l'étude n'établit aucun comparatif à propos des arrêts maladies, d'où l'impression, parfois, que Lille manque d'enseignants par rapport à d'autres académies. A noter qu'entre 2004 et 2012, les effectifs d'élèves et d'enseignants n'ont cessé de chuter dans la région.

2. La réussite scolaire en hausse. Longtemps coiffée du bonnet d'âne, l'académie rattrape chaque année son retard concernant le taux de réussite au baccalauréat. En 2004, la différence était d'environ 3% par rapport au taux national. Huit ans plus tard, elle est de moins de 1%. La région recense également davantage d'étudiants post-bac qu'ailleurs. La politique d'éducation prioritaire a-t-elle joué un rôle dans cette réussite? En 2015, l'académie compte, en tout cas, le plus de réseaux d'éducation prioritaire de France (139).

3. La place particulière du privé. L'enseignement privé est bien implanté dans la région, notamment dans le Nord et le secondaire. Ainsi, dans le Nord, la part représente 26,1% des élèves et 25,7% des professeurs contre 17,4% et 17,5% au niveau national. Autre constat qui ne surprendra personne, mais qui reste, là aussi, très caractéristique du département: les catégories sociales favorisées sont largement plus représentées dans le privé que dans le public.

*L'étude porte sur la rentrée 2012.