Nord: Le maire de La Madeleine veut armer la police municipale

SÉCURITÉ L'élu UMP va essayer, lundi, de faire voter une délibération en conseil municipal pour doter ses agents de police d'armes à feu...

Mikael Libert

— 

Illustration police municipale.
Illustration police municipale. — M.Libert / Archives 20 Minutes

«Donne-moi des balles pour la police municipale», chantait NTM en 1993 dans son titre «Police». Mais là, c'est Sébastien Leprêtre, maire UMP de La Madeleine, qui aimerait bien en avoir, des balles et des armes, pour sa police. Lundi soir, l'élu UMP, va tenter de faire voter au conseil municipal une délibération pour doter ses agents de revolvers.

Un faux débat

La décision du maire de La Madeleine d'armer sa police n'est pas une révolution. De nombreuses autres municipalités en France, et dans la région ont déjà sauté le pas. Au niveau régional, 135 agents portent des armes de 4e ou 7e catégorie (Catégorie B pour la nouvelle classification), ce qui équivaut à un taux d'armement global de 17% (chiffres du CNFPT datant de 2012). Dans le Nord, sur 140 communes possédant une police municipale, une douzaine a doté ses agents d'armes à feu.

C'est, notamment, le cas de Marcq-en-Barœul, où les policiers municipaux portent des revolvers depuis 1996. Pour Bernard Gérard, député-maire UMP de Marcq-en-Barœul, la question du port d'armes est un faux débat: «Dans d'autres pays européens comme l'Italie, armer les policiers municipaux va de soi. Ils sont autant exposés que la police nationale et font sensiblement les mêmes missions, ils doivent donc être équipés de la même manière.»

Des cibles

Le maire de La Madeleine mise sur un vote très large en faveur de sa délibération: «Avec les événements du début d'année, cette question est en voie de dépolitisation, explique-t-il. Comment la gauche pourrait voter contre alors que son gouvernement facilite aujourd'hui cette mesure?» L'occasion qui fait le larron? Selon Sébastien Leprêtre, l'idée fait son chemin depuis quelques années. «Mais depuis janvier, les agents ont des craintes, poursuit l'élu. Ils ont l'impression d'être des cibles, il fallait agir».

Le coût de l'opération sera, la première année, de 52.000 euros pour l'acquisition de 13 armes, des munitions et pour la formation des agents. Dès mardi, le processus sera engagé avec le dépôt du dossier en préfecture. Cependant il faudra attendre l'automne pour voir les policiers municipaux de la Madeleine patrouiller avec l'arme à la ceinture.