Lille: Le bras de fer s'intensifie entre la ville et les cafetiers sur les horaires d'ouverture

SOCIETE Les cafetiers lillois ont décidé de s'engager sur le terrain juridique pour maintenir les ouvertures tardives en semaine...

Gilles Durand

— 

Lille, le 26 novembre 2014 - Illustration d'un caf lillois.
Lille, le 26 novembre 2014 - Illustration d'un caf lillois. — Gilles Durand / 20 Minutes

Bras de fer autour du zinc. L'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) et le Syndicat national des entreprises gays & co (Sneg) ont décidé d'engager, d'ici au 28 février, un recours devant le tribunal administratif contre l’arrêté municipal de la ville de Lille daté du 31 décembre 2014 et visant à restreindre les horaires des fermetures des bars.

Une centaine d'emplois serait menacée

Exit l'ouverture jusqu'à 3h du matin en semaine. Les 85 bars lillois concernés doivent dorénavant fermer à 1h, du dimanche au mercredi. Du jeudi au samedi, l'ouverture tardive jusqu'à 3h est maintenue. Depuis quelques jours, les gérants de ces bars reçoivent, de la part de la préfecture, l'arrêté individuel concernant leur établissement. «Ces nouveaux horaires s'appliquent dès réception du courrier», souligne Me Emilie Dewaele, avocate des cafetiers. Ces derniers estiment à une centaine, le nombre d'emplois menacés par cette nouvelle réglementation.

Moins d'ivresse en semaine que le week-end?

«Il y a des erreurs d'appréciations de la part de la mairie. Parmi lesquels le prétexte de l'ivresse publique. En quoi est-elle plus importante en semaine que le week-end, puisque les heures d'ouvertures ne sont réduites qu'en semaine?», remarque l'avocate qui garde ses autres arguments pour le tribunal.

Les cafetiers espèrent, d'ici à la fin du mois, une reprise du dialogue. «Il n'a jamais été rompu, assure la mairie. Une commission de la vie nocturne s'est tenue en janvier, mais effectivement, aucune autre concertation n'est prévue dans les semaines à venir». On se dirige donc tout droit vers une bataille juridique.