Nord: Des intérimaires à la chaîne chez Delacre

SOCIAL Avec parfois plusieurs centaines de contrats d'intérim par salarié, l'usine Delacre de Nieppe est accusée d'avoir abusé du travail temporaire...

Olivier Aballain

— 

L'usine Delacre, fabricant de la fameuse cigarette russe, à Nieppe.
L'usine Delacre, fabricant de la fameuse cigarette russe, à Nieppe. — M.LIBERT/20 MINUTES

Pour leur avocat, «c'est de l'esclavage moderne». Une vingtaine d'anciens intérimaires de l'usine de biscuits Delacre, à Nieppe, ont saisi les Prud'hommes pour faire reconnaître leur statut de salariés en CDI. L'une des salariées était employée en intérim depuis... 1992.

L'affaire, révélée par la Voix du Nord, rappelle le cas de l'intérimaire de Danone, qui avait fait condamner la multinationale après avoir cumulé 961 contrats d'intérims dans l'usine de Bailleul.

Besoin de renforts pour l'été

La direction de Delacre, elle, a lâché la première bombe en tentant justement de se protéger d'éventuels recours. L'activité de l'usine de biscuits, qui emploie d'ordinaire 330 salariés, a en effet besoin de renforts en intérim pour l'été et l'automne. Mais, probablement pour se protéger d'un risque de requalification en CDI, la direction a décidé de ne plus faire appel chaque année aux mêmes personnes, contrairement à sa pratique antérieure.

Car selon la Voix du Nord, une centaine de salariés venaient ainsi, tous les ans depuis au moins 2008, participer à la préparation des boîtes de biscuits de fin d'année. Problème: les contrats courts ne sont prévus que pour faire face à un «accroissement temporaire de l'activité», et sur une période maximum de dix-huit mois.

Plusieurs centaines de contrats sur dix ans

Selon Me Dominique Bianchi, avocat d'une dizaine de salariés, certains ont ainsi accumulé «plusieurs centaines» de contrats sur plus de dix ans. «C'était devenu normal pour l'employeur d'avoir recours à une main-d’œuvre complètement précarisée», critique l'avocat. D'après lui, au lieu de contrats d'intérim, l'entreprise «avait tout à fait la possibilité de faire souscrire des CDI avec un temps de travail annualisé» adapté à la charge de travail.

Aujourd'hui ses clients réclament des indemnités de licenciement en bonne et due forme, et les arriérés de primes correspondants. Pour l'un d'eux, la somme totale atteint 85.000 euros. L'agence intérimaire Start people est également poursuivie.

Contactée par 20 Minutes, la direction de Delacre n'a pas donné suite, En 2013, l'usine de Nieppe a dégagé un résultat opérationnel de 2,5 millions d'euros sur un chiffre d'affaires de 26,8 millions.

L'entrée du site Delacre, à Nieppe. - Google Street View