Lille: Le «gang des coiffeurs» sous les verrous

FAITS DIVERS La sûreté départementale a démantelé une équipe de braqueurs de salons de coiffure qui sévissait dans la métropole lilloise...

Mikael Libert

— 

Illustration sur un salon de coiffure à Lille.
Illustration sur un salon de coiffure à Lille. — M.Libert / Archives 20 Minutes

La police lilloise a coupé court aux activités des cambrioleurs de coiffeurs. Au début de la semaine, la Sûreté départementale du Nord a interpellé les quatre membres présumés d'une équipe de malfrats qui s'était spécialisée dans le vol de produits capillaires haut de gamme dans les salons de coiffure de la métropole lilloise.

C'est un beau coup de filet qui met un terme à une série de faits qui commençait à être longue. Au début du mois de novembre 2014, les policiers ont constaté une montée en puissance des cambriolages dans les salons de coiffure de la métropole lilloise, parfois même jusqu'à Bailleul. D'une manière ou d'une autre, les voleurs s'introduisaient par effraction dans les établissements et dérobaient des produits, majoritairement de la marque Kérastase.

Au moins 18 cambriolages

Tous les faits de ce type, au moins 18, étaient regroupés et une enquête était ouverte, confiée aux bons soins de la Sûreté départementale. Les policiers ont utilisé, notamment, les bandes de vidéosurveillance de certains salons pour identifier les quatre individus. Trois sont originaires de Roubaix, un de Tourcoing et tous sont défavorablement connus des services de police. Outre les coiffeurs, la bande avait également dérobé 300 téléphones portables dans une société de téléphonie mobile ainsi que des ordinateurs et de l'outillage dans une société de bâtiment.

Un coup de trop sera fatal au «gang des coiffeurs». Fin janvier, l'équipe s'était attaquée à un salon de Lys-lez-Lannoy. Les policiers leur étaient tombés dessus après le vol, leur véhicule rempli de produits. Ce soir-là, l'équipe avait été réduite à deux, des jeunes âgés de 19 ans. Leurs complices sur les autres coups étaient interpellés le lendemain, l'un à son domicile et l'autre... en maison d'arrêt où il était détenu pour d'autres faits.

Placés en détention provisoire

Les enquêteurs ont estimé qu'ils avaient suffisamment d'éléments pour demander que les individus soient déférés. Dans le dossier, les policiers retiennent 18 cambriolages pour un préjudice de 95.181 euros. Jeudi, après leur garde à vue, trois des quatre prévenus (le dernier étant mineur) sont passés en comparution immédiate au TGI de Lille. Comme la loi le leur permet, ils ont tous demandé un report d'audience afin de préparer leur défense. Placés sous mandat de dépôt, ils ont été incarcérés à la maison d'arrêt de Sequedin en attendant leur jugement, reporté au 5 mars.