Mosaïque d'architectures et d'emplois sur le parc scientifique

URBANISME La partie professionnelle du parc de la Haute-Borne accueille déjà de nombreux laboratoires et entreprises...

O. A.

— 

La partie professionnelle du parc de la Haute-Borne accueille déjà de nombreux laboratoires et entreprises. La recherche publique y a notamment installé l'Ircica et l'Inria. Côté privé, on y trouve Cofidis, Ajilon, Urbilog, Computacenter, une ruche d'entreprises et, prochainement, les laboratoires du spécialiste de l'alimentaire Tate & Lyle. Une mosaïque économique qui représente déjà 3 100 emplois. Mais aussi une mosaïque architecturale. « Il y a des règles d'urbanisme et de qualité environnementale, explique Philippe Colette, directeur de la Saem de la Haute-Borne. Je ne suis pas pour une architecture stalinienne, mais il faut laisser une certaine liberté aux architectes. » La commercialisation devrait prendre fin en 2015.

complet D'après la Saem, en charge de l'aménagement de la Haute-Borne, le site compte actuellement « zéro mètre carré disponible ». Ainsi l'arrivée du laboratoire Tate & Lyle (cinquante emplois) n'est-elle prévue qu'en septembre : le bâtiment ne sera pas disponible avant.