Lille: Océane Dodin n'a laissé que de bons souvenirs au sein de son club formateur

TENNIS La nouvelle étoile montante du tennis féminin, Océane Dodin, a passé neuf ans au FOS, à Villeneuve d'Ascq...

Gilles Durand

— 

La joueuse de tennis française, Océane Dodin.
La joueuse de tennis française, Océane Dodin. — A.Coudert/Sportsvisio/SIPA

«Elle était simple, respectueuse et rigoureuse». Vincent Thoeye, directeur sportif du FOS, un des deux clubs de tennis de Villeneuve d'Ascq, près de Lille, ne tarit pas d'éloges à l'endroit d'Océane Dodin. A 18 ans, l'étoile montante du tennis français, qui a gagné près de 700 places au classement mondial en huit mois, joue, dans la nuit de mardi à mercredi, le second tour de l'open d'Australie, à Melbourne, face à la Tchèque Karolina Pliskova (22e au classement mondial WTA).

«Bim, bam, boum!»

C'est au sein du club de la métropole lilloise que la jeune fille s'est forgé son coup de raquette exceptionnel, entre 6 et 15 ans. «Son père l'entraînait, sa mère venait à tous les entraînements et son petit chien la suivait partout», se souvient Vincent Thoeye. Ceux qui l'ont connu au club se souviennent d'une fille «joyeuse et adorant s'amuser», mais qui «soignait sa condition physique». «A l'époque, elle était déjà fidèle à sa ligne de conduite: bim, bam, boum!», raconte Vincent Thoeye, en référence à sa frappe puissante.

 

 

 

« Son père a toujours cru en elle »

Josepha Adam, son équipière et copine de club, n'est pas vraiment surprise de la voir arriver à ce niveau-là. «Elle a toujours été à fond dans le tennis, elle râlait beaucoup envers elle-même. Si elle réunit le physique et le mental, elle peut même aller beaucoup plus haut», pronostique-t-elle. «Son père a toujours cru en elle. Il a lâché son poste de prof de sport pour s'installer au Cap d'Agde et ne s'occuper que d'elle», explique Vincent Thoeye. Aujourd'hui, Océane Dodin est inscrite au club de Denain, mais elle garde toujours des contacts avec son ancien club formateur. «Elle a gardé les pieds sur terre, sourit Vincent Thoeye. C'est parfois difficile dans le monde du tennis.»