Nord: Margaux Deroy, étudiante à Lille, a été élue Miss Prestige national 2015

PEOPLE Après le titre de Miss France 2015, celui de Miss Prestige national a été remporté par une seconde Nordiste: Margaux Deroy...

Gilles Durand

— 

La Nordiste Margaux Deroy (c) a été élue à Kirrwiller (Bas-Rhin) Miss Prestige national 2015, en présence de Geneviève de Fontenay (g) le 18 janvier 2015
La Nordiste Margaux Deroy (c) a été élue à Kirrwiller (Bas-Rhin) Miss Prestige national 2015, en présence de Geneviève de Fontenay (g) le 18 janvier 2015 — Frédérick Florin AFP

Et de deux! Après Camille Cerf, élue Miss France 2015 en décembre, c'est au tour d'une autre Nordiste, Margaux Deroy, de décrocher le titre de Miss Prestige national 2015. La jeune fille a été élue, dimanche soir à Kirrwiller (Bas-Rhin), en présence de Geneviève de Fontenay qui a créé ce concours dissident de l'élection de Miss France.

Etudiante en droit

Agée de 19 ans, elle concourrait sous les couleurs de la Flandre et  a été choisie parmi 30 candidates, sur la scène du Royal Palace, music-hall à succès implanté en pleine campagne alsacienne. La nouvelle Miss Prestige national, qui réside à Gravelines, près de Dunkerque, est étudiante en première année de licence de droit à Lille-2 et aspire à devenir avocate.

«Je devais reprendre mes cours aujourd'hui, mais je vais devoir attendre jeudi, car je dois participer à plusieurs manifestations jusqu'à mercredi», raconte Margaux Deroy, ravie et surprise de son titre. La jeune fille s'attend à une année chargée. Pas le temps de se reposer sur ses lauriers en tout cas. Malgré une nuit très courte, «J'ai dormi deux heures», et une semaine de répétition intensive, «On se préparait chaque jour de 7h à 20h», Margaux enchaîne, dès ce lundi après-midi, avec une séance de dédicace au Mans.

Dissidence au sein de Miss France

Le titre Miss Prestige national a été créé en 2010 par des comités restés fidèles à la Dame au chapeau alors qu'un «conflit éthique» faisait rage entre Geneviève de Fontenay et la société de production Endemol à qui elle avait cédé l'élection de Miss France huit ans plus tôt. En novembre 2013, Endemol et Geneviève de Fontenay ont finalement enterré la hache de guerre en signant un pacte de non-agression, en échange de l'abandon des procédures judiciaires qui les opposaient, notamment pour concurrence déloyale et parasitisme.