Nord: Des initiatives politiques pour développer le covoiturage domicile/travail en région

TRANSPORTS L'aménagement de plus de 5.300 places de parking dédiées et la création d'un site unique de covoiturage en région seront au cœur de débats, mardi...

Gilles Durand

— 

Illustration covoiturage.
Illustration covoiturage. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le covoiturage comme solution pour réduire les embouteillages récurrents, notamment aux abords de Lille? Le sujet sera au cœur des discussions, mardi, lors d'un séminaire, à Lille, du Syndicat mixte intermodal régional de transports (Smirt). «Nous souhaitons créer, à plus ou moins long terme, 137 aires de covoiturage dans la région, soit plus de 5.300 places dédiées», précise Eric Quiquet, directeur du Smirt. Actuellement, quatre aires dans le Nord (notamment le long de l'autoroute A25) et neuf dans le Pas-de-Calais sont déjà opérationnelles. «On a été très surpris du succès de ces aires qui sont régulièrement remplies. Ça révèle un réel besoin», avoue-t-on au conseil général du Pas-de-Calais.

Bientôt des aires dans la métropole lilloise

«Le plan routier départemental 2011-2015 prévoyait un développement du covoiturage. Le premier parking a été aménagé, en décembre 2013, à Herzeele», précise François Charlet, directeur adjoint à la Voirie au conseil général du Nord, lequel travaille en étroite collaboration avec son homologue du Pas-de-Calais sur ce dossier. En 2015, deux premières aires doivent aussi voir le jour dans la métropole lilloise. «On compte en moyenne 1,07 personne par véhicule lors des déplacements domicile/travail dans le Nord, il faudrait augmenter ce taux d'au moins 10%», note François Charlet.

Un seul site de covoiturage régional à l'avenir?

Mais augmenter le nombre de places de covoiturage, y compris dans les parkings de supermarché, ne suffira pas. Le Smirt compte aussi organiser la communauté des covoitureurs. «Il existe trop de sites, explique Eric Quiquet. Des études, qui seront présentées mardi, nous recommandent de fusionner ces sites pour en faire un seul en région. En élargissant ainsi la communauté des covoitureurs, on rend le covoiturage plus efficace.»