Les navires de My Ferry Link ne pourront plus accoster à Douvres

TRANSPORTS L'appel de la compagnie française a été rejeté, vendredi, par le tribunal de la concurrence britannique...

Mikaël Libert

— 

Un navire de la compagnie My Ferry Link entre au port de Calais.
Un navire de la compagnie My Ferry Link entre au port de Calais. — M.Libert/20 Minutes

La décision est tombée, vendredi. Le Competition Appeal Tribunal (CAT, Tribunal de la concurrence britannique) a confirmé l'interdiction faite à la compagnie My Ferry Link d'utiliser le port de Douvres dans un delai de six mois.

«Une décision illogique»

La Scop (société coopérative et participative) My Ferry Link et le groupe Eurotunnel, propriétaire des navires, ont été déboutés, vendredi, dans leur appel devant le CAT britannique. Cette action visait à casser la position prise par la Competition and Markets Authority (CMA, Autorité de la concurrence britannique), le 27 juin 2014, qui interdisait à la compagnie française d'accoster au port anglais de Douvres. La CMA avait justifié sa décision en expliquant que la concurrence était faussée entre My Ferry Link et les autres compagnies (DFDS Seaways et P&O Ferries) du fait de l'implication du groupe Eurotunel qui exploite aussi le tunnel sous la Manche. Vendredi, dans ses conclusions, le tribunal britannique avait pourtant reconnu «la validité des arguments» présentés par les Français, sans pencher pour autant de leur côté. «Cette décision est illogique», estime-t-on chez Eurotunnel.

Les recours ne sont pas épuisés. La Scop, qui compte plus de 500 salairés, a déjà pris la décision d'interjeter appel devant le CAT. De son côté, Eurotunnel cesse le combat et s'est lancé à la recherche d'un repreneur pour ses trois navires. Dans un communiqué, Jacques Gounon, président d'Eurotunnel a déclaré: «Cette compagnie est une réussite industrielle et commerciale, mais compte tenu de la position britannique, l’avenir de My Ferry Link se jouera maintenant en dehors du Groupe». Le secrétaire d'Etat français des Transports, Alain Vidalies, s'est ému d'une «décision profondément injuste». Une réunion entre les représentants des ministères concernés et la direction de My Ferry Link se tiendra dans les jours qui viennent, à Paris, pour tenter de trouver une solution.