Coupe de France: Le RC Lens s'est réveillé trop tard

FOOTBALL Eliminé ce dimanche en 32e de finale (2-3), le Racing a d'abord sombré avant de se réveiller en fin de match...

Francois Launay

— 

Antoine Kombouaré en mars 2014.
Antoine Kombouaré en mars 2014. — POL EMILE / SIPA/SIPA

Docteur Racing et Mister Lens. Eliminé dimanche en 32e de finale de la coupe de France par Lyon (2-3), les Sang et Or auront affiché deux visages bien différents sur la pelouse du stade de l’Epopée de Calais. Transparent en première période, Lens s’est d’abord fait balader par des Lyonnais irrésistibles. En l’espace d’une demi-heure, l’OL croyait avoir plié le match grâce à des buts de Fekir (5e), Lacazette sur penalty (14e) et Dabo (30e). Bref, du travail bien fait face à des Lensois bien trop tendres. 

Une fin de match un peu folle

La meilleure équipe française du moment a pourtant réussi à se faire peur en fin de match. C’est d’abord un penalty d’El-Jadeyaoui qui a redonné un peu d’espoir aux Lensois avant que Coulibaly de la tête (89e) lance l’idée d’un retour insensé. Au final, la réaction d’orgueil des Nordistes peut donner quelques satisfactions.

C’est avec ce visage affiché en deuxième période que Lens devra se déplacer samedi à Guingamp en championnat Eliminé des deux coupes, le Racing va pouvoir se consacrer entièrement à son maintien en Ligue 1.