Coupe Davis en octobre à Lille
Coupe Davis en octobre à Lille — Stephane Vansteenkiste

SOCIETE

Lille: A confirmer, à freiner, à stopper, les tendances 2015 dans la région

Grand stade, culture et transports: la liste des vœux de 20 Minutes Lille pour 2015...

Les bons vœux font partie des rituels de début d'année. Cette fois 20 Minutes a jaugé les tendances amorcées en 2014 pour formuler ses vœux 2015.

La tendance à confirmer

Au rang des bonnes vibrations démarrées en 2014 figure l'apparition d'une vraie vie extra-footballistique au Stade Pierre-Mauroy. Le Supercross, puis la finale de coupe Davis en octobre ont ouvert un nouveau chapître à succès pour l'enceinte (les 27.000 places pendant trois jours se sont arrachées en quelques heures). Les perspectives sont donc alléchantes, malgré les concessions financières accordées par les collectivités (600.000 euros d'aides à la Fédération Française de Tennis pour l'accueil de la Coupe Davis).

L'accueil de tous les matchs de la phase finale de l'Eurobasket (du 12 au 20 septembre 2015) va confirmer la tendance, tout comme le concert de Johnny le 9 octobre. Mais il reste une marge de progression côté programmation musicale... Le coût du stade (324 millions d'euros) passera toujours mieux en chantant.

La tendance à enrayer

Côté pile, la musique nordiste commence à se faire un nom au niveau national, dans la foulée de la Victoire attribuée en 2013 à Skip The Use. Côté face, le manque de salles de répétition et les difficultés de la musique «live» en ville rendent ce succès bien précaire. Fin 2014 on découvrait notamment la situation chancelante de La Malterie, à Lille-Moulins. Ce pôle culturel, haut-lieu des défrichements musicaux nordistes dans les années 2000, est menacé d'un déménagement en 2015, sans solution de repli financièrement soutenable. Mais les plus petits souffrent aussi: nombre de cafetiers regrettent le manque de tolérance des autorités concernant l'organisation de concerts «live». La énième fermeture administrative du Restau Soleil en est le dernier avatar.

La tendance à inverser

Les transports en commun lillois doivent redresser la barre. Après un déficit 2013 de 17,6 millions d'euros, Transpole n'a pas fait mieux en 2014. L'exploitant met en cause le manque à gagner important dû à la mise en place chaotique de la billettique Pass'Pass par le prestataire Parkeon, qui aurait plombé ses comptes de 20 millions d'euros.

Selon le blog lilletransport, Transpole a ouvert une procédure au tribunal administratif en décembre pour obtenir réparation du manque à gagner.

Mais selon le rapport annuel d'activité présenté en octobre par Transpole, le trafic voyageurs accusait déjà en 2013 un retard de 9,3% sur les prévisions du contrat passé en 2010 (169,5 millions de voyages en 2013 contre 186,8 prévus au contrat). Le renforcement de la sécurité et la lutte contre la fraude (17% des voyages) figurent parmi les pistes évoquées par Lille Métropole pour améliorer la situation. Il faudra faire vite.