Miss France 2015: Camille Cerf, l'étudiante derrière la miss

CONCOURS Inscrite en deuxième année à l'école de gestion et de commerce (EGC) de Lille, la nouvelle Miss France est racontée par ses camarades de promo...

Francois Launay

— 

Camille Cerf, elue Miss France 2015 lors de la ceremonie d'election de Miss France 2015 au Zenith d'Orleans. Orleans, FRANCE - 06/12/2014 /SIPA_0908006/Credit:LAURENTVU/SIPA/1412081041
Camille Cerf, elue Miss France 2015 lors de la ceremonie d'election de Miss France 2015 au Zenith d'Orleans. Orleans, FRANCE - 06/12/2014 /SIPA_0908006/Credit:LAURENTVU/SIPA/1412081041 — SIPA

D'habitude, Lorraine Lyon ne regarde jamais un concours de Miss France. Mais samedi soir, la directrice de l'Ecole de Gestion et de Commerce de Lille (EGC) a fait exception à la règle. Et pour cause, la nouvelle miss France est l'une de ses étudiantes. Alors quand Camille Cerf a remporté la couronne, la directrice s'est offert un petit plaisir. «Il y a eu du champagne à la maison. Les bouchons ont sauté», reconnaît Lorraine Lyon.

Il faut dire que cette élection, la première pour une miss du Nord Pas-de-Calais, est un formidable coup de pub pour cette école de commerce installée en plein centre-ville de Lille. C'est dans cet établissement que Camille Cerf a commencé sa vie d'étudiante l'an passé. Avant d'entamer une pause dans sa scolarité à partir du mois d'octobre. «Elle est venue me voir avec sa mère pour m'expliquer sa volonté de mettre entre parenthèses sa formation pour vivre son rêve de jeune fille», poursuit la directrice. 

«Pour la population, c'est Miss France mais pour nous, c'est Camille»

Avant son entrée dans la lumière, Camille Cerf avait la vie d'une étudiante lambda. Installée dans un appartement du quartier Solferino, l'un des plus festifs de la ville, Miss France ne faisait pas d'excès pour autant. «Elle a toujours préféré les repas entre amis aux boîtes de nuit. C'est quelqu'un de très posé», explique Marie, l'une de ses amies. «Elle n'a pas de problèmes d'ego, elle est toujours restée très naturelle. C'est Miss France pour la population mais pour nous, ça restera toujours Camille», raconte sa copine Lucie.

«Elle est un peu imbue de sa personne»

Décrite comme simple, spontanée, studieuse et réservée dans ses sentiments,  cette passionnée d'équitation, qui aurait un petit ami lillois, fait l'unanimité dans sa bande d'amies. Un avis que ne partagent pas forcément les autres élèves de sa promotion. «Elle n'est pas appréciée par tout le monde car elle est un peu imbue de sa personne. Elle sait qu'elle est belle et a sans doute un peu trop confiance en elle. En cours, elle participe beaucoup. Elle aime se montrer», lâche l'un de ses cinquante camarades de promo.

Une revanche sur le passé

Aimée par les uns, moins appréciée par d'autres, Camille Cerf divise. Pourtant, tous les étudiants sont d'accord sur un point. «On est content pour elle, c'était son rêve et elle le mérite. C'est un peu une revanche après quelques mois compliqués suite au décès de son père», raconte un étudiant. 

Après avoir passé un an et demi dans la même classe, pas sûr que Miss France revienne un jour à l'EGC. Si la jeune fille aimerait reprendre ses cours en septembre prochain, son agenda chargé pourrait changer la donne. «J'aimerais la récupérer à l'école mais je ne me fais pas trop d'illusions vu son agenda», assure Lorraine Lyon, directrice de l'EGC, une école lilloise fière d'avoir eu dans ses murs la première Miss France originaire du Nord Pas-de-Calais. 

Une stagiaire modèle

Durant les trois ans de formation à l'EGC, les étudiant doivent réaliser onze mois de stage. Et Camille Cerf n'a pas échappé à la règle. En décembre 2013, la jeune femme a ainsi effectué un stage d'un mois au magasin Darty de Calais-Coquelles où elle n'a laissé que de bons souvenirs. «Elle était venue pour un stage de manutention. Elle pointait les produits qui arrivaient au magasin avant de les mettre en rayon. aucune tâche ne l'a dérangé. Elle était très volontaire. L'image qu'elle a dégagée à l'écran correspond vraiment à la réalité», s'enthousiasme Madame Hoyer, sa responsable de stage. Même son de cloche au magasin Kase installé rue Faidherbe à Lille. C'est dans cette enseigne, spécialisée dans la vente de coques de téléphones, que la future Miss France a passé cinq semaines. Un stage de vente où là aussi Camille n'a laissé que de bons souvenirs.