Ligue 1: Cinq histoires insolites sur le derby du Nord

FOOTBALL Lille et Lens se retrouvent dimanche au stade de France près de quatre ans après leur dernière rencontre...

Francois Launay

— 

Lens, le 11 septembre 2010. Match comptant pour la 5ème journée du championnat de France de Ligue 1 de football opposant le Racing Club de Lens (RCL) au Lille Olympique Sporting Club (LOSC) au stade Félix Bollaert de Lens. Ici le lillois Mathieu Debuchy et le lensois David Pollet.
Lens, le 11 septembre 2010. Match comptant pour la 5ème journée du championnat de France de Ligue 1 de football opposant le Racing Club de Lens (RCL) au Lille Olympique Sporting Club (LOSC) au stade Félix Bollaert de Lens. Ici le lillois Mathieu Debuchy et le lensois David Pollet. — M.LIBERT / 20 MINUTES

Près de quatre ans qu'ils attendaient ça. Depuis le 29 janvier 2011, Lille et Lens ne se sont plus affrontés dans un derby. Dimanche au stade de France, les retrouvailles risquent d'être chaudes entre deux clubs qui se détestent cordialement. Avant le 109e derby de l'histoire (41 victoires lilloises, 33 matchs nuls, 34 victoires lensoises ), passage en revue des histoires qui ont fait la légende de ce match si particulier. Jean-Baptiste Allouard, co-auteur du livre " Histoire des derbys" avec Olivier Brochart (éditions Les Lumières de Lille) nous livre cinq anecdotes croustillantes. 

14 mai 1970. Lens-Lille (7-0): Le Racing écrase le Losc devant...906 spectateurs. 

«A cette époque-là, Lens et Lille avaient été rétrogradés en CFA, équivalent de la troisième division aujourd'hui. Mais les deux équipes allaient être repêchées en Division 2 la saison suivante. C'est la plus grosse victoire de Lens dans un derby obtenu devant la plus petite affluence. Il n’y avait que 906 spectateurs ce jour-là au stade Bollaert.»

5 décembre 1970. Lens-Lille (1-0): Tony Gianquinto puni par l'armée à cause du derby

«Tony Gianquinto, le défenseur du Losc, devait partir faire son service militaire un samedi, jour du derby. Mais les dirigeants lillois ont refusé en lui disant qu'ils lui feraient un mot du médecin pour qu'il rejoigne l'armée le lundi suivant. Sauf qu'à l'époque, on ne plaisantait avec le service militaire. Le jour de son arrivée à l'armée, le lieutenant, qui ne savait pas que Gianquinto avait joué le derby, le convoque dans son bureau pour son retard, l'engueule et l'oblige à rester de permanence le 24 décembre. A sa sortie du bureau, Gianquinto tombe alors sur un adjudant avec le journal L'Equipe dans les mains. Celui-ci lui demande s'il était bien malade samedi en lui tendant le quotidien qui disait que Gianquinto avait un très bon match. Pour ne pas qu'il révèle le secret, le défenseur a accepté de jouer dans l'équipe militaire de la caserne dont l'adjudant s'occupait» 

13 septembre 1986. Lens-Lille (1-3): Buisine le joueur lillois se fait chambrer par son père, supporter lensois. 

«Pour son premier derby, le défenseur lillois Jean-Luc Buisine n'avait pas arrêté de se faire chambrer la semaine précédente par ...son propre père, supporter inconditionnel du RC Lens. Son père souhaitait plus la victoire des sang et Or que celle de son fils. Une attitude qui avait surmotivé le joueur lillois. Après le match remporté par Lille, monsieur Buisine avait quand même félicité son fils tout en critiquant la prestation de son équipe de cœur». 

18 avril 1992. Lille-Lens (1-2) Roger Boli reçoit des bananes. 

«Avant de devenir la star du RC Lens, Roger Boli avait passé une saison au Losc. Si bien que pour son retour à Grimonprez-Jooris sous le maillot sang et or, l'attaquant a été très mal accueilli au coup d'envoi. Une frange du public lillois lui a lancé des bananes. Le joueur a hésité à en manger une pour répondre à la provocation avant de se raviser pour éviter que l'ambiance dégénère» 

24 septembre 2000: Lille-Lens (2-1). Wimbee se fait enfin adopter par le public lillois

«Depuis son arrivée au Losc, le gardien Grégory Wimbee avait des soucis relationnels avec le public lillois. Les supporters lui reprochaient sa fébrilité et quelques buts casquette qu'il avait encaissés.  Mais il aura fallu d'un derby pour qu'il soit enfin adopté par ses supporters. Alors que Lille était mené un but à zéro, Wimbee a remporté son duel avec Sibierski juste avant la pause. Finalement, le Losc s'est imposé 2-1 et cet arrêt décisif a transformé la vie et la carrière de Grégory Wimbee au Losc.»