Pas-de-Calais: Mamie Yvette condamnée à payer 120.000 Euros pour ses lotos

JUSTICE La retraitée de 76 ans, jugée pour avoir organisé 169 lotos clandestins en quatre ans, dit vouloir «mourir» après avoir été lourdement condamnée...

O.A. avec AFP

— 

Yvette Bert à son domicile le 23 septembre 2014 à Saint-Omer
Yvette Bert à son domicile le 23 septembre 2014 à Saint-Omer — Philippe Huguen AFP

Une retraitée jugée pour avoir organisé 169 lotos en un peu plus de quatre ans a été condamnée à six mois de prison avec sursis et plus de 100.000 euros d'amende par le tribunal d'Arras (Pas-de-Calais).

«Je veux mourir», a dit Yvette Bert, âgée de 76 ans et marchant péniblement, jeudi à la sortie de la salle d'audience. «Je ne payerai rien, ils m'ont démolie», a-t-elle assuré en sanglotant. La vieille dame, fragile psychologiquement, vit dans une maison de retraite à Saint-Omer.

Pénalités de douane

Le tribunal correctionnel, qui a globalement suivi les réquisitions, l'a condamnée à six mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende, dont 5.000 avec sursis dans le volet pénal pour abus de confiance. En outre, elle a été condamnée à verser au fisc 400 euros de délits douaniers, 29.435 euros de pénalités de douane et 88.007 euros, correspondant au montant des droits fraudés, soit un total de 117.842 euros.

«C'est une sanction sévère au vu des revenus très faibles de Mme Bert, qui sont de 650 euros par mois.», a déclaré son avocate, Me Claire Lamoril-Houtart. «L'infraction (...) d'abus de confiance n'était pas constituée, donc il va falloir envisager de faire ou non appel», a-t-elle ajouté, entourée par une nuée de journalistes.

Reversés à des associations

Yvette Bert comparaissait pour organisation de loteries prohibées entre janvier 2009 et mai 2013, publicité pour une loterie prohibée et abus de confiance. Elle était également poursuivie pour infraction fiscale pour ne pas avoir acquitté d'impôts sur les 460.743 euros de recettes des lotos. Les bénéfices des lotos, organisés chaque dimanche par l'association «Ensemble pour l'espoir», présidée par Mme Bert, étaient reversés à des associations caritatives et à des personnes dans le besoin, selon la défense.

A l'audience du 26 septembre, le procureur avait estimé que «si elle avait la main sur le coeur, elle l'avait aussi dans la poche», a affirmé le procureur Adam Chodkiewiez à propos de la prévenue. «Ensemble pour l'espoir» organisait un loto par semaine auquel assistaient 50 à 200 personnes dans une salle de Saint-Omer louée 2.000 euros par mois.