Ligue Europa: Le Losc pas récompensé de ses efforts

FOOTBALL Le Losc a été tenu en échec à domicile jeudi soir par les Anglais d'Everton...

Francois Launay

— 

A l'image de Divock Origi, les Lillois ont eu du mal à se défaire d'Everton (0-0), en Ligue Europa, le 23 octobre 2014.
A l'image de Divock Origi, les Lillois ont eu du mal à se défaire d'Everton (0-0), en Ligue Europa, le 23 octobre 2014. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

Trois matchs de Ligue Europa, trois résultats nuls. Si Lille est toujours invaincu dans son groupe, le club nordiste n’avance pas. Tenu en échec à domicile (0-0) jeudi soir par les Anglais, le Losc reste troisième de sa poule derrière Everton et les Allemands de Wolfsburg qui se sont imposés sur la pelouse de Krasnodar (2-4).  

Lille a dominé Everton

Si Lille veut encore croire à la qualification dans ce groupe très serré, il devra s’imposer dans deux semaines en Angleterre. Et enfin se montrer réaliste et efficace dans le dernier geste. Car les Lillois peuvent avoir des regrets. Dans un stade bouillant où les supporters nordistes ont remporté la bataille des tribunes face à 6.000 Anglais sans doute fatigués par les litres de bière ingurgités dans l’après-midi, les hommes de René Girard ont fait bonne figure. Surtout dans une première période à sens unique où l’envie, le mordant et le talent étaient clairement du côté lillois. «C'est un de nos meilleurs matchs à domicile depuis le début de saison. On a montré un très beau visage même si on n'a pas été récompensé», constate le milieu Florent Balmont

Un Losc à la hauteur de l'événement

Il aurait juste fallu un peu plus de précision pour que le Losc prenne l’avantage à l’image de cette frappe de Gueye qui a tutoyé le poteau gauche d’Howard (25e). «On n'a pas réussi à trouver la faille mais on a proposé des choses intéressantes mais il nous manque le dernier geste. On va y arriver», espère Franck Béria, le défenseur lillois. Malgré le pedigree des attaquants des Toffees comme Samuel Eto’o ou Romelu Lukaku, Everton n’aura quasiment pas existé à l’exception d’une frappe enroulée d’Eto’o en fin de match (88e). Pour le reste, le gouffre entre un club anglais et un club français n’existait pas jeudi au stade Pierre Mauroy. Plutôt encourageant pour la suite de l’aventure d’un Losc à la hauteur de l’événement. «Quand on fait des matchs comme ça, on ne peut être que confiant pour le championnat», conclut Balmont. Un regain de forme à confirmer dès dimanche sur la pelouse de Rennes.