Lille: Les fans d'Everton sous le choc après l'attaque des hooligans lillois

TÉMOIGNAGE Plus d'une centaine de supporters d'Everton, très en avance sur le match de jeudi, ont été attaqués par des furieux se réclamant du Losc...

Olivier Aballain

— 

Capture d'écran du compte Twitter du Liverpool Echo, qui fait témoigner deux supporters d'Everton aggressés par des hooligans à Lille, le 22 octabre 2014.
Capture d'écran du compte Twitter du Liverpool Echo, qui fait témoigner deux supporters d'Everton aggressés par des hooligans à Lille, le 22 octabre 2014. — DR

La préfecture du Nord avait visiblement raison de se méfier. Elle s'est juste trompée d'horaire, puisque les heurts entre supporters du Losc et d'Everton ont démarré dès mercredi soir.

Cette agressivité a aussi surpris les fans d'Everton, attaqués vers 22h45 par une cinquantaine de Lillois. De source policière, un supporter anglais, blessé au visage, a été brièvement hospitalisé.

«Enfermés dehors»

Mais deux autres fans, interviewés peu après les faits par nos confrères du Liverpool Echo, assurent que la délégation anglaise comptait de «nombreux blessés». Dans la vidéo de l'interview, l'un d'eux raconte la soudaineté de l'attaque: «On était à l'extérieur, en train de fumer une cigarette. On a entendu une sorte de bruit, et en tournant la tête on a vu une cinquantaine de personnes, minimum, se diriger vers nous. Certains ont été projetés vers le sol, des chaises ont été lancées. On a immédiatement fait rentrer les enfants et le bar a fermé les portes. Cela veut dire que ceux qui n'avaient pas pu rentrer étaient enfermés dehors.»

La façade du Queen's Head après l'attaque -
Capture d'écran Liverpool Echo

«On a cru que c'était une blague»

Le supporter s'étonne aussi d'avoir vu «débarquer la police au bout de, quoi, 20 secondes, comme si c'était planifié d'avance. Ils étaient une quarantaine de policiers environ.»

Globalement, l'attaque a été si soudaine que les deux supporters répètent avoir «cru que c'était une blague». «Très vite on ne s'est pas posé de question, chacun a voulu trouver un endroit où se protéger. Mais vraiment, au début on a cru que c'était une blague», assure le supporter dont le visage porte des marques de coups assez impressionnantes.

Contacté, le LOSC n'a pas encore réagi.