Calais: De nouveaux affrontements entre migrants

SOCIETE Les CRS ont dû intervenir mardi à Calais pour separer des groupes de migrants qui se battaient entre eux...

M.L. avec AFP

— 

Des migrants marchent près de leur camp à Calais, le 23 octobre 2014.
Des migrants marchent près de leur camp à Calais, le 23 octobre 2014. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

De nouvelles rixes entre groupes de migrants, dans la Z.I. des Dunes, à Calais, ont nécessité l'intervention de la police, mardi en début d'après midi. Les CRS ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les éthiopiens et les érythréens qui se battaient entre eux, parfois armés de bâtons.

Quartier bouclé

Un correspondant de l'AFP, présent sur place, a constaté que le quartier de la zone industrielle des Dunes avait été entièrement bouclé par les forces de l'ordre. «Cette méthode avait déjà été utilisée avec succès en août dernier», a souligné le préfet du Pas-de-Calais, Denis Robin. Il a, par ailleurs, appelé «au respect mutuel entre communautés».

Au moins trois bagarres entre groupes de migrants ont eu lieu, deux lundi soir et une dans la nuit, amenant les CRS à s'interposer, en faisant usage de gaz lacrymogène. Un migrant, armé d'un bâton avec une pointe, a été interpellé pour port d'arme prohibé, son attitude étant jugée menaçante. Il a été ensuite relâché, pour «carence d'interprète», selon une source policière. Une dizaine de personnes ont été légèrement blessées, et six autres interpellées pour infraction à la législation sur le séjour et remises à la PAF, toujours selon la même source.

De nouveaux incidents ont eu lieu mardi au même endroit. «Des bagarres sporadiques se sont produites ce matin, et ont pris de l'intensité en début d'après-midi », a déclaré à l'AFP le directeur départemental de la sécurité publique, Thierry Alonso. «La police a dû de nouveau intervenir entre 13h30 et 15h avec des gaz lacrymogènes», a-t-il souligné. La tension s'est déplacée ensuite vers le port où, à 16h30, des dizaines de migrants ont tenté de prendre d'assaut les poids lourds à l'arrêt. Le calme est revenu vers 17h.