Roubaix: Des chapelles à vendre dans le cimetière

PATRIMOINE La mairie va proposer aux particuliers d'acquérir les monuments abandonnés par les familles, pour éviter qu'ils ne tombent en ruine... 

Gilles Durand

— 

Roubaix, le 14 octobre 2014. Une chapelle a vendre dans le cimetiere de Roubaix.
Roubaix, le 14 octobre 2014. Une chapelle a vendre dans le cimetiere de Roubaix. — G.Durand/20 Minutes

Après le Père Lachaise à Paris, le cimetière de Roubaix est celui qui possède le plus de chapelles funéraires en France. Ce patrimoine, la ville a décidé d'en mettre en vente une partie sous certaines conditions, a-t-on appris ce mardi. «L'objectif est de préserver ce patrimoine qui date souvent du XIXe siècle. Nous avons déjà reçu des demandes», assure Margaret Connell, adjointe (UMP) à la ville, chargée du dossier. Jusqu'à présent, seules quelques villes, en banlieue parisienne, ou encore Poitiers, se sont engagées dans une démarche similaire.

Un cahier des charges très précis

Sur les 310 chapelles du cimetière roubaisien, 53, qui étaient en état d'abandon, ont été reprises et appartiennent à la ville. «Cinq ont déjà été restaurées depuis une vingtaine d'années et servent de columbarium. Quatre autres devraient subir le même sort prochainement», explique Alain Vantroys, directeur des Droits civiques à la mairie de Roubaix.

Or, l'ensemble de ces monuments ne peut être restauré faute de budget, certains vont donc être proposés à la vente à partir de janvier 2015, après que le conseil municipal aura validé ce projet actuellement à l'étude au bureau des affaires juridiques. «En matière de droit, ces questions de concessions sont très compliquées», avoue Alain Vantroys.

Pour commencer, la vente concernera une douzaine de concessions pour une durée de 50 ans. La mairie souhaite assortir ces ventes d'un cahier des charges très précis. «Pour l'acquéreur, la restauration coûtera plus cher que l'achat», souligne Alain Vantroys.

L'exemple de Rome. En septembre, la ville de Rome a elle aussi mis en vente une cinquantaine de concessions de tombes et de chapelles funéraires. Mais aux enchères et sur le Net. La municipalité espère en tirer environ 3,7 millions d'euros. Le plus cher des monuments était mis en vente 650.000 euros.