Lille: mise en veille du jumelage de la mairie avec une ville d'Israël

Politique Le conseil municipal a adopté, lundi soir, un désaccord de principe concernant les bombardements de Gaza cet été, mais la maire refuse de suspendre toutes relations...

G.D. avec AFP
— 
Lille, le 16 juillet 2014. Environ 1300 personnes ont manifeste dans les rues de Lille pour protester contre l'offensive militaire israelienne dans le territoire palestinien de la Bande de Gaza./20MINUTES_145105/Credit:M.Libert/20 Minutes/SIPA/1407171511
Lille, le 16 juillet 2014. Environ 1300 personnes ont manifeste dans les rues de Lille pour protester contre l'offensive militaire israelienne dans le territoire palestinien de la Bande de Gaza./20MINUTES_145105/Credit:M.Libert/20 Minutes/SIPA/1407171511 — SIPA

Martine Aubry toujours partagée entre Israël et Palestine. La ville de Lille a «mis en veille temporairement» son jumelage avec la commune de Safed en Israël, en réaction aux bombardements de Gaza pendant l'été, a-t-on appris mardi auprès du conseil municipal. Néanmoins, ce jumelage n'est ni arrêté, ni suspendu, a souligné Martine Aubry qui a rappelé que la ville était engagée depuis de nombreuses années pour la promotion de la paix au Proche-Orient et avait pris position pour l'existence de deux Etats, israélien et palestinien.

«Accelérer la résolution du conflit»

«La décision de mettre en veille temporairement nos relations institutionnelles avec la ville de Safed a été prise en majorité municipale», a déclaré Marie-Pierre Bresson, adjointe (EELV) chargée de la coopération internationale, lors d'une réunion, lundi soir, du conseil municipal. Cette décision accompagne «des initiatives prises notamment par le parlement européen pour réclamer le gel des accords privilégiés avec Israël afin de faire pression (...) sur le gouvernement et accélérer la résolution du conflit», a-t-elle ajouté.

Une pétition pour la rupture du jumelage

Pendant l'été, plusieurs milliers de manifestants avaient défilé dans les rues de Lille pour réclamer l'arrêt des bombardements à Gaza et une pétition avait été lancée par l'association France-Palestine Solidarité pour la rupture du jumelage avec Safed. Martine Aubry a indiqué, à cette même réunion du conseil, avoir «ressenti cette émotion» mais refusé de couper tous les liens. «Je n'ai pas pu accepter que parmi les manifestants -je dis parmi car ils étaient minoritaires- fusent des slogans antisémites, a précisé la maire de Lille. En novembre 2010, elle avait déjà pris position dans ce conflit en condamnant les appels au boycott des produits israéliens lancés par certaines associations. « Ceux qui prônent le boycott portent la haine », avait-elle estimé, en contradiction avec l'histoire du boycott.

Un versement de 15.000 euros a par ailleurs été voté par le conseil municipal pour aider à la reconstruction de Gaza. La ville de Lille est également jumelée avec Naplouse, en Cisjordanie.