Arras: Le déplacement d'Apollon fait grincer des dents

CULTURE Apollon servi par les nymphes est l'une des pièces maîtresses de l'exposition «Le Chateau de Versailles en cent chef d'œuvres» visitée par Manuel Valls vendredi à Arras. Mais selon certains spécialistes inquiets pour sa conservation, la sculpture de marbre n'aurait jamais dû quitter le château et ses jardins...

Olivier Aballain

— 

Apollon servi par les Nymphes
Apollon servi par les Nymphes — Château de Versailles

Il n'y a pas que le dossier du canal Seine-Nord qui provoque des remous dans le sillage du déplacement de Manuel Valls à Arras. Le premier ministre, qui a pu admirer vendredi l'exposition «Le château de Versailles en cent chef d'œuvres» au musée des Beaux-Arts d'Arras, a aussi peut-être entendu parler du débat entourant le déplacement d'une œuvre du XVIIe siècle, Apollon servi par les nymphes.

Une sculpture fragile

Car cette monumentale scupture de marbre blanc, qui ornait les jardins du château de Versailles jusqu'à sa rénovation en 2008, est depuis cet été au cœur d'une polémique entre certains spécialistes et les organisateurs de l'exposition. Lancée par la Tribune de l'Art début août, la dispute s'attache aux fragilités d'une sculpture composée de sept éléments distincts «qu’il faut à chaque fois, pour le transport, démonter et remonter».

Ainsi selon Jean-René Gaborit, ancien directeur du département des sculptures du Musée du Louvre interrogé par la Tribune de l'Art, le danger est d'autant plus présent que «les marbres sont les objets les plus susceptibles d’avoir des accidents irréparables, contrairement par exemple aux plâtres et aux terres cuites qui peuvent être restaurés de manière souvent invisible.» 

Bientôt à Abu Dhabi

Des arguments battus en brêche par la conservatrice générale du château de Versailles. Dans la Voix du Nord, Béatrix Saule assure que «toutes les précautions ont été prises». «On a fait beaucoup de progrès dans le transport d'œuvres d'art» explique-t-elle encore, citant l'utilisation d'un «caisson climatique» et la mise en œuvre d'études «pour répartir le poids de charge». Autant de précautions qui n'ont pas fini d'être utiles, puisqu'après Arras, Apollon servi par les nymphes devrait être exposé l'antenne du Louvre... d'Abu Dhabi (Émirats Arabes Unis).

En attendant, laissons Jean-Jacques Aillagon, président de l'Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, expliquer en vidéo les charmes de l'œuvre de François Girardon et Thomas Regnaudin:

Capture video du site du château de Versailles - Château de Versailles