Le record de France de parachutisme pulvérisé près de Lille

Exploit Après plusieurs tentatives infructueuses, le record a été battu ce mardi après midi...

Mikael Libert

— 

Le record de France de chute libre a été battu à Bondues, près de Lille.
Le record de France de chute libre a été battu à Bondues, près de Lille. — M.Libert/20 Minutes

Ça, c’est fait. Ce mardi, à Bondues, le record de France de chute libre en formation est tombé. Le précédent, qui était établi à 35 parachutistes, a été pulvérisé avec la réussite d’une figure inédite réunissant 98 participants.

Lundi et mardi matin, les tentatives à 100 parachutistes ont échoué. Les organisateurs décident de mettre en réserve deux participants «pour qui ça n’allait pas». Ils présentent aux juges une nouvelle formation, à 98 cette fois. Rachel, 34 ans et plus de 1.000 sauts à son actif, se dit sereine avant de rejoindre l’avion: «On a tous envie de le faire, confie-t-elle. Il y a un peu de tension, mais juste ce qu’il faut pour être au top.»

A 200 mètres par seconde

A 12h20, les six monomoteurs décollent et emmènent tout ce beau monde à 5.000 mètres, altitude requise pour le largage. A cette hauteur, la vitesse de chute est d’environ 200 m/s. Les parachutistes ont une minute pour réaliser leur figure. Arrivés à 2.000 mètres, ils doivent se séparer et prendre leurs distances les uns des autres pour, à 900 mètres ouvrir simultanément leurs voiles.

Depuis le sol, on ne distingue pas précisément la figure. Mais à voir les mines réjouies à l’atterrissage, on devine que tous le sentent plutôt bien. Emeric, 44 ans, replie sa toile le sourire aux lèvres: «C’est un bon vol, très réussi, même s’il faut attendre les images. Les conditions étaient idéales, tout le monde était stable et en position au bon moment. Je pense que ça le fait!»

«Fuite» sur Facebook

Les vidéastes qui ont participé au vol se concertent pour sélectionner les images qui serviront aux juges. La «fuite», sur Facebook, d’une photo du saut vient un peu plus galvaniser les esprits avant la décision officielle. «Ça a pris un peu de temps car nous avions sept prises à vérifier» confie Bernard, un des quatre juges bénévoles. «Il a fallu voir plusieurs photos, puis confirmer ou infirmer nos doutes avec une vidéo.» poursuit-il. «Il nous reste à annoncer la bonne nouvelle aux équipes, c’est la meilleure partie du travail!» conclut-il.

Portés par l’euphorie, les parachutistes ont décidé de relever sur-le-champ le défi d’une formation à 106. Comme l’aérodrome de Bondues a été réservé jusqu’à mercredi, il leur reste plus de 24 heures pour battre leur propre record, tranquillement.