Normandie-Picardie-Nord-Pas-de-Calais: Pierre de Saintignon remet le couvert

POLITIQUE Le bras droit de Martine Aubry à Lille, qui est déjà depuis 2008 1er vice-président du conseil régional, vise le fauteuil de président en 2015... Mais la date du scrutin et le périmètre de la région sont encore incertains...

Olivier Aballain

— 

Pierre de Saintignon (à g.) aux côtés de Martine Aubry.
Pierre de Saintignon (à g.) aux côtés de Martine Aubry. — M. Libert / Archives 20 Minutes Lille

Cela faisait des mois qu'il attendait de se déclarer officiellement. Alors tant pis, même si on ne sait pas encore quand se tiendront les élections ni quelle forme prendra la réforme territoriale, Pierre de Saintignon s'est déclaré, mardi, candidat à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais.

«C'est le tour du Nord», assure-t-il, après deux mandats assumés par Daniel Percheron, élu du Pas-de-Calais. Mais c'est oublier que le Gouvernement et l'Assemblée projettent de fusionner le Nord-Pas-de-Calais avec la Picardie. «Je n'ai évidemment rien contre les Picards», explique Pierre de Saintignon, qui se montrait pourtant solidaire des critiques de Martine Aubry contre la réforme territoriale, en juillet.

En réalité, Pierre de Saintignon a encore en tête un projet défendu avant l'été par certains «grands élus» dont Martine Aubry: une méga-région allant du Mont-Saint-Michel à la frontière belge.

«Une cohérence macroéconomique formidable»

«Cela aurait une cohérence macroéconomique formidable, estime le candidat. Imaginez, 750km de trait de côte, la plus vaste région littorale d'Europe...». Selon lui, le projet aurait même été inspiré initialement par Laurent Fabius himself, approuvé par François Hollande et les députés PS de la région... avant que l'Assemblée ne détricote tout en juin. Aujourd'hui candidat, Pierre de Saintignon se veut réaliste: «Une fois la loi promulguée, nous serons prêts à travailler avec la Picardie si c'est le projet retenu. Simplement nous aurions aimé avoir un an de plus pour réfléchir».