Accusé, Samsonite défend la cession de son usine à Energy Plast

SOCIAL Samsonite sort de sa réserve. Le bagagiste américain a affirmé, hier, que la cession de son usine d'Hénin-Beaumont à Energy Plast, en août 2005, avait été réalisée dans « des conditions tout à fait normales et régulières ». Pourtant, le groupe est ac...

©2006 20 minutes

— 

Samsonite sort de sa réserve. Le bagagiste américain a affirmé, hier, que la cession de son usine d'Hénin-Beaumont à Energy Plast, en août 2005, avait été réalisée dans « des conditions tout à fait normales et régulières ». Pourtant, le groupe est accusé par le comité d'entreprise d'avoir organisé « une reprise fictive du site » dans le but de ne pas avoir à assumer le coût d'un plan social. Moins de deux ans plus tard, l'usine a été placée en redressement judiciaire. Menacés de licenciement, les 203 salariés occupent leur usine depuis le 29 janvier.Une protestation qui prend également la forme d'un combat judiciaire puisque le comité d'entreprise a réclamé la nullité de cette cession devant le tribunal de grande instance de Paris. Si la décision n'est attendue que pour le 13 mars, Samsonite a contre-attaqué, hier, en démentant « ses allégations sans fondement ». Selon le bagagiste, « Energy Plast représentait [en 2005] la meilleure solution afin d'assurer la pérennité de l'emploi grâce au développement d'une nouvelle activité autour des panneaux solaires. » Aujourd'hui, la réalité est tout autre.