Hesdin, le 3 avril 2014. StŽphane Sieczkowski-Samier, Žlu au 2me tour des Žlections municipales ˆ Hesdin dans le Pas-de-Calais, est ˆ 22 ans le plus jeune maire de France.
Hesdin, le 3 avril 2014. StŽphane Sieczkowski-Samier, Žlu au 2me tour des Žlections municipales ˆ Hesdin dans le Pas-de-Calais, est ˆ 22 ans le plus jeune maire de France. — M.Libert/20 Minutes

POLITIQUE

Hesdin: Le maire cite Hitler dans un discours devant les anciens combattants

Stéphane Sieczkowski-Samier (22 ans) a capté l’attention des medias en mars en emportant la mairie de Hesdin et en se réclamant de Sarkozy. Aujourd’hui, il défraie la chronique en citant Hitler en ouverture d’une expo sur l’Occupation et la Libération…

C’est peut-être une erreur de jeunesse, mais elle est gratinée. L’un des plus jeunes maires de France vient de commettre un dérapage douloureux en pleine commémoration de la Libération de la France. Ainsi que le rapporte la Voix du Nord, Stéphane Sieczkowski-Samier (22 ans, app. UMP)) a cité deux phrases nazies dans son discours lors du vernissage d’une exposition consacrée à l’Occupation et la Libération.

La scène se déroule le 29 août, dans la salle Mendès-France de l’Hôtel-de-ville de Hesdin (Pas-de-Calais). Stéphane Sieczkowski-Samier prend la parole devant élus, journalistes et anciens résistants. Mais au lieu, écrit le quotidien régional, de rendre hommage aux martyrs locaux, le maire choisit de «s’inspirer» de deux affiches de propagande nazie.

Le nom de Hitler écrit en caractères rouges

Pire, il cite carrément deux phrases dont une d’Adolf Hitler. Son contenu, certes guerrier, est plutôt neutre («Ce ne sont ni les mous, ni les neutres qui font l’Histoire mais les hommes qui s’engagent dans la lutte»). Mais l’auteur pouvait difficilement être ignoré, puisque selon la Voix du Nord le nom du Führer figurait en «gros caractères rouges» en haut de l’affiche.

«Je ne l’ai appris qu’après», a réagi l’élu ensuite, avant de s’excuser «auprès de ceux que cela a pu heurter». René Lesage, auteur d’un livre sur la résistance dans le Pas-de-Calais, fait partie de ceux-là: «J’ai été surpris qu’on fasse référence à des maximes pires qu’allemandes: nazies (…) C’est assez grave quand même.»