POLITIQUE

Azmy ou la théorie du complot

Une pour tous, tous contre elle. Investie pour les législatives dans la 10e circonscription (Tourcoing), Najat Azmy prêche dans le désert. Adoubée par les instances nationales du PS en juillet dernier, elle se heurte aujourd'hui aux caciques locaux. ...

Une pour tous, tous contre elle. Investie pour les législatives dans la 10e circonscription (Tourcoing), Najat Azmy prêche dans le désert. Adoubée par les instances nationales du PS en juillet dernier, elle se heurte aujourd'hui aux caciques locaux. Le 14 mars, ils présenteront aux instances nationales une motion afin de l'évincer. Motif ? Son statut de parachutée depuis la ville voisine de Roubaix. « Il est temps qu'elle entende raison », réclame Gilles Pargneaux, secrétaire fédéral du PS. Pas du genre de ce petit bout de femme de 49 ans. Débarquée du Maroc à neuf ans, elle met en avant sa vie passée dans la région et son élection à Roubaix en 2001. « Mais on ne la voit nulle part, si ce n'est sur son blog », attaque Sylvie Boudry, élue (PS) de Tourcoing, qui fait campagne contre elle. Quatre jours par semaine dans son bureau parisien de l'agence de cohésion sociale, le reste dans le Nord, Najat Azmy crie au complot : « Il y a des enjeux financiers. On veut ma peau. Mais je me révèle dans cette adversité », affirme-t-elle, en se remémorant les compétitions de gym qui ont marqué son enfance à Lomme. Alors aujourd'hui, plus question d'aller au tapis. « Si le parti revient sur sa décision, je me présenterai quand même, lâche-t-elle le regard sombre. Socialistes ou non, je me sens investie d'une mission pour tous. » La réciproque est moins évidente. « Dans toute la vallée de la Lys, elle n'a pas un militant derrière elle, avance François Camerlynck, secrétaire de section (PS) à Tourcoing. L'unité du PS, c'est comme la Sainte-Vierge. Pour qu'on y croit, il faut qu'elle apparaisse de temps en temps. »

Vincent Vantighem