Le PS du Nord accueille fraichement la nomination de Patrick Kanner

POLITIQUE Il y a ceux qui se félicitent, ceux qui ironisent et ceux qui grincent. Etonnament, la fédération socialiste se classe dans cette dernière catégorie....

Olivier Aballain
— 
Soirée satisfaisante pour Patrick Kanner, qui devrait prendre la présidence.
Soirée satisfaisante pour Patrick Kanner, qui devrait prendre la présidence. — M. Libert / 20 Minutes

Vue de Paris, l'arrivée surprise de Patrick Kanner au ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports passe pour un geste en direction de Martine Aubry. Pourtant, la réaction de la Fédération du PS du Nord à la nomination a tout de la douche froide. Tout en souhaitement poliment la réussite du gouvernment, le communiqué envoyé dès mardi soir par la fédération précise très vite que c'est «à titre personnel» que Patrick Kanner a accepté la proposition qui lui a été faite. Le genre de formule qu'un Parti réserve à un camarade qui s'affranchit de la ligne officielle. Et pour que les choses soient bien claires, la «Fédé» en remet une couche:«Un Nordiste, dans un gouvernement, ne suffit malheureusement pas nécessairement à faire une meilleure politique».

Ses adversaires sont plus mesurés

Heureusement, certains collègues du nouveau ministre sont plus tendres. Ainsi Nicolas Lebas, maire (UDI) de Faches-Thumesnil dans la proche banlieue lilloise, félicite et salue amicalement le «beau parcours» effectué par Patrick Kanner depuis son passage par le CCAS de sa ville.


Idem pour Christian Decocq, ancien leader de la droite lilloise, qui félicite un «homme de conscience et d'engagement» et salue son action en faveur du canal Seine-Nord en tant que président du conseil général du Nord. D'ailleurs le député socialiste Rémy Pauvros, lui aussi défenseur du canal Seine-Nord, apprécie également «le sens de l'intérêt collectif» du nouveau ministre.

De son côté, le député-maire UMP de Tourcoing, Gérald Darmanin, manie l'ironie en remarquant que l'entrée de Patrick Kanner au gouvernement «est une très bonne nouvelle pour la suppression des départements» combattue jusqu'ici par le président du conseil général du Nord. Une «conversion au bon sens» que le PS du Nord et Martine Aubry n'apprécient peut être pas.