Dissuasion passive dans le métro

MEDIATION Faire de vrai-faux contrôles. Certains agents de médiation de l'Ademn employés sur le réseau Transpole refusent la nouvelle mission qui leur est demandée depuis début janvier. Exemple de ce nouveau rôle hier midi à la station de métro Gambetta : quat...

©2006 20 minutes

— 

Faire de vrai-faux contrôles. Certains agents de médiation de l'Ademn employés sur le réseau Transpole refusent la nouvelle mission qui leur est demandée depuis début janvier. Exemple de ce nouveau rôle hier midi à la station de métro Gambetta : quatre agents se postent aux accès vers les quais et demandent aux usagers de présenter leur titre de transport. Tout se passe bien, mais la quasi-totalité des voyageurs a pensé avoir subi un contrôle. L'Ademn corrige : « Nous n'avons aucun droit, et aucune compétence pour infliger des amendes, explique Caroline Le Dantec, la directrice générale. L'une de nos missions est de réduire les sources de conflits et d'incivilité, dont la fraude. Nous incitons donc les voyageurs à se mettre en règle. » De fait, un agent sur les quatre est préposé à « comptabiliser » les usagers qui font demi-tour à la vue des agents pour se diriger vers un guichet... « Ce n'est pas notre rôle, nous ne sommes pas assermentés pour cela, dénonce Djamel Benmeddah, chef d'équipe à l'Ademn. Ces contrôles posent des problèmes de sécurité. » Il compte envoyer un « courrier » en ce sens au procureur de la République « dans les prochains jours ». « C'est vrai que ces actions posent problème, estime Philippe Oprawa, délégué CFDT à la branche contrôle de Transpole. Nous, qui sommes assermentés, subissons déjà des violences [encore avant-hier à Leers], alors pour eux... » La direction de l'Ademn précise qu'« aucun problème grave n'a été rapporté à ce jour ».

Olivier Aballain