Le torchon brûle entre la CGT et Toyota

— 

La réunion risque d'être houleuse. La direction de Toyota a rendez-vous, ce lundi, avec la fédération des travailleurs de la métallurgie CGT. A l'ordre du jour, des accusations de discrimination syndicale. La CGT dénonce un « climat répressif généralisé envers ses militants et d'autres syndicats ». Dans un tract, la CGC évoque également des « humiliations » et des « brimades ». La direction affirme, de son côté, que « le nouveau patron de Toyota France n'a pas l'habitude de ne pas s'entendre avec les syndicats et qu'il a déjà entamé un dialogue respectueux avec eux, mais certains sont plus ouverts que d'autres ». Dans les faits, depuis février, pas moins de sept représentants de la CGT ont été convoqués ou sanctionnés. « Toyota tente de remettre en cause les libertés syndicales », s'insurge Eric Pecqueur, délégué CGT, qui rappelle que le constructeur automobile a déjà été condamné six fois par la cour d'appel de Douai pour discrimination syndicale. G. D.