Des souvenirs encore enfouis

HISTOIRE Un musée consacré aux soldats australiens lors de la Grande Guerre ouvre à Fromelles...

M.L. et G.D.

— 

Le musée de la bataille de Fromelles (59) a ouvert ses portes avec 1 an de retard.
Le musée de la bataille de Fromelles (59) a ouvert ses portes avec 1 an de retard. — M.Libert/20 Minutes

L'Australie revit à Fromelles. Un musée consacré aux soldats de ce pays pendant la Première Guerre mondiale a ouvert ses portes, ce lundi (voir ci dessous). A l'origine du projet, des fouilles, effectuées en 2008, pour confirmer la présence de fosses communes sous l'ancien champ de bataille.

De nouvelles fouilles

Plus de 200 corps de soldats australiens avaient alors été exhumés par une équipe d'archéologues venue d'Ecosse. La plupart seront identifiés grâce à l'ADN avant d'être enterrés individuellement dans un cimetière qui jouxte le musée.

«Des tombes de fortune, comme celles découvertes à Fromelles, la région en compte encore dans ses entrailles», explique l'Australien Lambis Englezos. Cet historien amateur avait déjà dû remuer ciel et terre pendant six ans auprès des autorités pour engager les fouilles à Fromelles. Il souhaite recommencer dans un autre village, Bullecourt, près d'Arras, où il va poursuivre ses recherches, cet été. «Nous avons localisé des sites probables, indique-t-il. J'estime que c'est une obligation morale de ne pas laisser nos morts dans une terre anonyme.» A Bullecourt, un musée dédié lui aussi aux soldats australiens, a été inauguré en avril 2012.

>> Retrouvez 20 Minutes Lille sur Facebook et Google+

Une des batailles les plus meurtrières du conflit

Il sera inauguré officiellement le 18 juillet. Avec un an de retard, le musée de la Bataille de Fromelles a accueilli ses premiers visiteurs, lundi. Construit à l'initiative du gouvernement australien, ce bunker retrace une des batailles les plus meurtières de la Grande Guerre. En juillet 1916, pendant 24 heures de combat, les troupes australiennes y ont perdu plus de 5.000 hommes, tués, blessés ou disparus. «Pas besoin de faire de la publicité, les Australiens connaissent bien notre village. La première chaîne australienne est même venue faire un reportage», souligne Claire Fillassiez, directrice du musée qui espère 35.000 visiteurs par an. La plupart des objets exposés proviennent des fouilles effectuées dans le secteur (notamment des objets personnels de soldats), mais aussi de prêts d'une association locale du Mémorial de la guerre de Canberra, en Australie.