Martine Aubry à nouveau blanchie

JUSTICE La maire de Lille n'est plus mise en examen dans l'enquête sur le scandale de l'amiante...

Olivier Aballain

— 

Martine Aubry, maire PS de Lille, en avril 2014.
Martine Aubry, maire PS de Lille, en avril 2014. — M.Libert/20 Minutes

Soulagement pour Martine Aubry. La maire de Lille a appris vendredi l'annulation de sa mise en examen pour homicides et blessures involontaires dans le cadre du dossier ouvert sur le scandale de l'amiante. Elle était poursuivie pour son rôle entre 1984 et 1987 en tant que directrice des relations du travail au ministère du Travail. La cour d'appel de Paris confirme ainsi un arrêt rendu en mai 2013, mais annulé en cassation. L'association des victimes de l'amiante, l'Andeva, n'avait jamais caché son scepticisme sur le bien-fondé des poursuites visant l'élue lilloise.

Enquête sur le lobby de l'amiante

«Je crois que tout le monde sait que je n'ai jamais fait autre chose que ce que je devais faire, en fonction des connaissances de l'époque», a réagi Martine Aubry. C'est en effet elle qui, en tant que ministre du Travail, a œuvré à la création du fonds d'indemnisation des victimes (Fiva) au tournant des années 2000, ainsi qu'à la création d'un départ en retraite anticipé pour les travailleurs de l'amiante.

Mais l'instruction porte sur une période antérieure à 1997 (interdiction de l'amiante en France), pendant laquelle des salariés de l'usine Ferodo-Valeo de Condé-sur-Noireau (14) ont été exposés à cette fibre nocive. L'ancienne juge d'instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy avait élargi ses investigations à l'action des pouvoirs publics et à l'influence prêtée au lobby industriel du Comité permanent amiante. L'Andeva milite d'ailleurs toujours pour que les industriels locaux ne soient pas les seuls jugés dans cette affaire. L'association a donc annoncé vendredi un nouveau pourvoi en cassation. Au risque de prolonger le feuilleton judiciaire.

>> Retrouvez 20 Minutes Lille sur Facebook et Google+