Le Royaume-Uni enfonce le clou dans la coque de MyFerryLink

— 

Les Britanniques menacent d'interdire le port de Douvres à  MyFerryLink.
Les Britanniques menacent d'interdire le port de Douvres à MyFerryLink. — BENNET/REX/SIPA

La passe d'armes franco-britannique continue sur le cas MyFerryLink. Vendredi, le secrétaire d'État aux Transports, Frédéric Cuvillier, s'est dit « déterminé à déployer tous les moyens pour trouver une solution qui permette de continuer l'exploitation des navires et de préserver les emplois » de la coopérative française, après une nouvelle décision défavorable de l'autorité de la concurrence outre-Manche. La CMA a confirmé son intention d'interdire le port de Douvres à MyFerryLink d'ici six mois. La CMA considère que la présence de Eurotunnel, aux cotés de MyFerryLink (le premier loue ses bateaux au deuxième) donne à l'opérateur du Tunnel sous la Manche une position dominante sur le Channel. MyFerryLink emploie 600 salariés.