Le club de Valenciennes est au bord du gouffre

FOOTBALL Le VAFC pourrait déposer le bilan dans les prochains jours...

François Launay

— 

Les supporters de Valenciennes au stade du Hainaut.
Les supporters de Valenciennes au stade du Hainaut. — M.Libert/20 Minutes

Le scénario du pire se dessine à Valenciennes. Relégué en Ligue 2, le club fait face à un déficit de 7,5 millions d'euros qui, s'il n'est pas comblé, pourrait le précipiter vers le dépôt de bilan et une rétrogradation en CFA 2. Une situation dramatique que Jean-Raymond Legrand, le président du club, a présenté à ses salariés mardi matin. Si le club n'a pas encore officiellement déposé le bilan, les dirigeants ont présenté le dossier mardi devant le tribunal de commerce. Les choses s'accélèrent même si la mort du club n'est pas encore prononcée.

Deux dossiers de reprise

Car il reste encore un petit espoir. Pour repartir sur de bonnes bases en Ligue 2, VA essaie de réaliser un montage financier avec deux projets de reprise. Un château de cartes instable qui implique dans les deux cas les collectivités locales. Valenciennes Métropole, la communauté d'agglomération, serait prête à racheter le centre d'entraînement du club pour 6,5 millions d'euros environ et à voter une subvention exceptionnelle de 500.000€. De son côté, la ville de Valenciennes pourrait voter une subvention exceptionnelle de 350.000€. Côté privé, le Crédit Agricole Nord de France serait prêt à effacer la dette du club estimée à 6,5 millions d'euros. Trois millions d'euros sont aussi espérés de la vente de joueurs (Rose, Masuaku, Melikson). Du côté des repreneurs, deux projets se font face. L'un implique Thierry Gomez, ancien président de Troyes prêt à investir trois millions à condition de devenir actionnaire majoritaire et président du club. L'autre concerne un investisseur valenciennois, spécialisé dans le bricolage, appuyé par Jean-Raymond Legrand qui pourrait remettre au pot et garder son poste. Dans les deux cas, le club doit obtenir de la société FINORPA, un million d'euro, une forme de caution sans laquelle le Crédit Agricole n'effacera pas la dette. Sans cet engagement, aucun projet ne pourra voir le jour. Et la mort du club, qui passe mercredi devant la DNCG, sera vite prononcée.

>> Retrouvez 20 Minutes Lille sur Facebook et Google+