Le VAFC ne paie plus ses salariés

FOOTBALL Le club nordiste, relégué en Ligue 2, est confronté à de grosses difficultés économiques...

François Launay

— 

Jean-Raymond Legrand, président du VAFC, recherche des investisseurs.
Jean-Raymond Legrand, président du VAFC, recherche des investisseurs. — M ; Libert/20 Minutes

La reprise de l'entraînement pourrait être tendue. Lundi, les joueurs du VAFC vont reprendre le travail dans une atmosphère particulière. Relégué en Ligue 2, le club nordiste doit combler un déficit de 7,5 millions d'euros. Problème, Jean-Raymond Legrand, le président du club, n'a pas encore réussi à trouver de l'aide financière. Et la situation est devenue critique au point que les joueurs et les salariés du club n'ont toujours reçu leur salaire de mai.

«L'ambiance est délétère»

«On avait déjà eu un retard de quatre jours au mois de mai et là, on n'a toujours rien reçu. Vu le manque de garanties financières, le Crédit agricole, qui verse les salaires depuis janvier, n'a pas donné son accord », explique un salarié du club qui préfère rester anonyme. Pour régulariser la situation, VA a besoin d'1,5 millions d'euros qu'il pourrait récupérer en vendant des joueurs (voir encadré). Mais pour l'instant, rien ne bouge, alors que le temps presse. Lundi, Legrand passera devant la DNCG. Si d'ici là, il n'a pas trouvé de solution, le club pourrait être relégué administrativement en National. Si des repreneurs se sont montrés intéressés, ils réclament le départ d'un président qui ne veut pas quitter le navire. En attendant, l'incertitude est totale et l'avenir des salariés est dans le flou. «Personne n'a d'information au club. L'ambiance est délétère. Tout le monde a peur et se tire dans les pattes. Certains commencent à chercher du travail ailleurs. Le problème, c'est que Jean-Raymond Legrand ne nous dit rien sur la situation. Il rase les murs. En attendant, tout est bloqué, la campagne d'abonnements n'a pas commencé et il n'y a pas de communication», conclut le salarié très inquiet de la situation.

■ Lyon offre 1,5 millions d'euros pour Rose

Plus grosse valeur marchande de l'effectif nordiste, Lindsay Rose suscite les convoitises. Selon L'Equipe, l'Olympique lyonnais aurait proposé un contrat de quatre ans au défenseur pour un transfert de 1,5 millions d'euros. Une somme jugée pour l'instant insuffisante par le club nordiste, qui espère le double pour son joueur. Reste que les difficultés financières du VAFC pourraient inciter les dirigeants nordistes à revoir leur position.