Vidéo: Patins et gadins font recette

LOISIRS A travers ses deux clubs, le roller derby prend de plus en plus d’ampleur à Lille...

Gilles Durand

— 

Le club lillois de roller derby "Switch blade roller grrrls".
Le club lillois de roller derby "Switch blade roller grrrls". — M.Libert/20 Minutes

Ça roule pour le roller derby. A Lille, deux clubs se partagent l’engouement naissant pour ce sport à l’origine féminin (voir ci-dessous) qui réunit, à chaque rencontre, environ 300 spectateurs à la Halle de glisse. Chacun va clore la saison par une rencontre internationale. Samedi, The Switchblade Rollergrrrls affronte une équipe anglaise de Brighton, classée 21e en Europe. Le samedi suivant, ce sera au tour de leurs concurrentes, les Lille Roller Girls (LRG) de participer, face à l’équipe belge, à leur dernier «Gand bang», comme elles l’annoncent sur l’affiche. Baptiser les matches est une tradition dans l’univers débridé et débrouillard du roller derby.

Environ 120 licenciées à Lille

«Chaque rencontre doit être une fête, explique Anne Pichard, joueuse et porte-parole des Switchblade. On se met beaucoup en scène pour accentuer le côté spectacle». Même si, une fois en piste, les paillettes font place aux coups d’épaule et de hanche dévastateurs. Avec des chutes spectaculaires comme ultime danger. «C’est un sport qui exige le dépassement de soi, où il ne faut pas avoir peur, mais dans lequel on peut vite progresser», raconte Caroline Gosseau, des LRG. La jeune fille n’a qu’un an de pratique et fait partie des 120 licenciées que se partagent les deux clubs lillois.

«De plus en plus de filles nous rejoignent, quel que soit leur niveau, précise Caroline Gosseau. La saison prochaine, on ouvre une ligue junior à partir de 6 ans». Au delà du projet sportif, c’est aussi le projet associatif que souhaitent développer ces clubs. «Lorsqu’on organise un match, on s’occupe de tout, bénévolement, de l’affiche à la buvette, note Anne Pichard. C’est aussi ce qui nous lie.»

>> Retrouvez 20 Minutes Lille sur Facebook

Historique

Le roller derby est né dans les années 30 aux Etats-Unis au cœur de la Grande Dépression. En France, l’essor date de 2009 avec la sortie du film Bliss.
Le club lillois Switchblade, créé en 2011, a ouvert la voie dans la région qui compte désormais six équipes féminines et une masculine. Aucune compétition officielle n’est organisée en France. Un classement officieux départage les équipes européennes : LRG est 119e et Switchblade 193e.