La justice ouvre le bal sur le grand stade

JUSTICE Deux fonctionnaires de LMCU mis en examen pour «faux et usage de faux»...

Olivier Aballain

— 

Le stade Pierre-Mauroy à Lille.
Le stade Pierre-Mauroy à Lille. — M.Libert/20 Minutes

La saison du Losc est terminée, mais celle du Stade Pierre-Mauroy ne fait peut-être que commencer. Le parquet de Lille a confirmé mardi soir la mise en examen pour «faux et usage de faux» de deux fonctionnaires de Lille Métropole dans le cadre de l'enquête ouverte sur les conditions d'attribution de la construction au partenaire privé Eiffage. Selon l'AFP les deux mises en examen datent de la fin mai et d'autres mises en cause pourraient intervenir «prochainement».

Dans les colonnes de La Voix du Nord, le contribuable Eric Darques espère d'ailleurs une suite: «Les fonctionnaires ont agi sur ordre du pouvoir politique. J’attends avec impatience la mise en examens d’élus, c’est eux que je vise!». Car c'est la ténacité de cet ancien élu de droite, devenu membre de l'ONG Anticor, qui a enclenché la machine judiciaire.

Deux rapports contradictoires?

Depuis l'attribution du marché à Eiffage au détriment du favori pressenti Bouygues, Eric Darques conteste le choix effectué par les élus sur la base d'un rapport qu'il estime avoir été adapté au vote final. Or le projet Eiffage était plus cher de 108 millions d'euros que celui de Bouygues. Une partie du surcoût provient de la salle de spectacle (29.500 places) aménagée sous la pelouse du stade, rendant l'enceinte «multifonctionnelle». C'est notamment ce critère, que le cahier des charges initial n'imposait pas, qui a convaincu le bureau de Lille Métropole de changer son fusil d'épaule à quelques jours du vote, début 2008. Conséquence: malgré un premier rapport classant le projet Bouygues en tête, le rapport final distribué aux élus plaçait Eiffage en pôle position. Le 1er février, l'attribution du stade à Eiffage était votée à 82% par les élus.

Contestant la régularité de ce second rapport, Eric Darques avait saisi le parquet de Lille une première fois fin 2010, après avoir été débouté au tribunal administratif. Le parquet avait classé sa plainte sans suite, conduisant le plaignant à s'adresser directement au doyen des juges d'instruction du TGI de Lille. Cette fois c'était la bonne: une information judiciaire a été ouverte début 2013.

Le stade Pierre Mauroy, dont le coût est évalué à 324 millions d'euros, a été ouvert à l'été 2012. La boîte à spectacles, elle, n'a été utilisée qu'une fois, pour un concert de Rihanna en juillet 2013.