La police dit non au trafic de "yes-card"

©2006 20 minutes

— 

Seize personnes ont été entendues, hier, par un juge d'instruction dans le cadre d'une enquête sur un vaste trafic à la carte bancaire. Interpellés mardi à Lille-Sud, les malfaiteurs s'étaient spécialisés dans les " yes-card ". Une fois les puces trafiquées à l'aide d'un ingénieur, les cartes volées donnaient la possibilité d'acheter n'importe quel article ne dépassant pas 90 euros. Ces bien étaient ensuite revendus sous le manteau ont généré 640 000 euros en un an et demi. " Ensuite, ils ont acheté cinq immeubles à Lille-Sud qu'ils ont retapés et mis en location. C'est une sorte de blanchiment ", a indiqué Jean Chabrol, directeur départemental de la sécurité publique. Ils risquent de 5 à 10 ans de prison.

Vincent Vantighem