«On est au-dessus de nos objectifs »

FOOTBALL Michel Seydoux et René Girard, président et entraîneur, dressent le bilan du Losc...

Gaëlle Laurent

— 

Le président du Losc, Michel Seydoux.
Le président du Losc, Michel Seydoux. — M.Libert/20 Minutes

Michel Seydoux aime faire les choses dans l'ordre. Quand il convie les médias pour une conférence de fin de saison, il rappelle qu'il est là pour faire un bilan, et non pas évoquer les perspectives pour la saison prochaine. «On est au-dessus de nos objectifs, souligne-t-il. On est premiers du championnat "normal" [sans le PSG et Monaco, ndlr], on fait un beau troisième. Merci à René, aux joueurs et à nos équipes au quotidien. Notre stratégie, aujourd'hui, c'est de travailler, d'anticiper. Oui, la troisième place est compliquée, mais nous avons envie de résoudre cette équation et de relever nos défis».

Quels recrutements ?

Avec le calendrier surchargé qui les attend, les Lillois auront besoin de renforts dans toutes les lignes. «Il va falloir trouver le bon équilibre, explique René Girard. On a déjà identifié des postes, évidemment. On a travaillé en amont.» Quelle ligne directrice les dirigeants lillois vont-ils adopter en terme de recrutement ? Pour le moment, les arrivées ne sont pas d'actualité. Même celle de Sébastien Corchia, en dépit d'un protocole d'accord signé en janvier, est loin d'être acquise. «C'est un joueur qui nous intéresse toujours, confirme Seydoux. Mais le mercato n'est pas ouvert. Et pour l'instant, c'est très calme».

Certains joueurs très convoités

Calme, si l'on exclut l'intérêt grandissant de l'AS Roma pour Kalou, mais aussi Basa, que Rudi Garcia a déjà coaché au Mans et à Lille. Sans oublier Mavuba, déjà convoité l'été dernier. De son côté, Balmont, qui a fait une proposition la semaine dernière, espère une réponse d'ici la fin du mois. La priorité est donc d'abord de retenir les joueurs sur lesquels le club compte avant de se pencher sur d'éventuelles arrivées. Mais dans le contexte actuel d'incertitude autour de la revente du club, les joueurs sont forcément dans l'expectative. Michel Seydoux, qui réfute toutes les hypothèses, tient toutefois à rester serein. «Je suis fier d'être président de ce club, souligne-t-il. C'est notre dixième saison européenne en quatorze ans, on va disputer notre 100e match en coupe d'Europe alors qu'en 2000, on en était à 0. Et je n'entends jamais parler de la progression du club. Je suis fier de la remontée de Lens, j'ai une vraie peine pour Valenciennes, mais je trouve quand même qu'on a un peu redoré notre blason.»

>> Retrouvez 20 Minutes Lille sur Facebook