Lille-Moulins côté «sombre»

POLÉMIQUE Le contenu illicite d'un clip de rap tourné dans le quartier défraie la chronique...

Olivier Aballain

— 

Le clip du rappeur lillois Maestro fait polémique.
Le clip du rappeur lillois Maestro fait polémique. — M.Libert/20 Minutes

Succès polémique pour le rappeur lillois Maestro. La diffusion, depuis le 8 mai, d'un clip de hip-hop tourné en pleine rue à Lille-Moulins est en train de devenir un événement local. Et pour cause : signalée vendredi par La Voix du Nord, la vidéo de «Sombre dans le coin» rassemble toutes les plaies du quartier où elle a été tournée. Paquets de billets embrumés dans la fumée des splifs, Kalachnikov brandie en pleine rue, rodéos… Un cocktail que Martine Aubry n'apprécie pas, tout comme l'institution judiciaire, qui a ouvert une enquête préliminaire. Mais sur le Web, le clip cumulait déjà plus de 58.000 vues dimanche, contre 5.000 vendredi matin.

Enquête préliminaire

La maire de Lille s'est dite «choquée» et a contacté «personnellement» le procureur de la République et le préfet. Il faut dire que la blessure par arme à feu d'un étudiant lillois, fin janvier, avait déjà braqué les projecteurs sur le problème de la détention d'armes prohibées à Lille-Moulins. Le parquet n'a donc pas tardé à réagir, puisqu'une enquête préliminaire a été ouverte vendredi à propos du clip.

De son côté, Maestro assume et revendique son témoignage. L'artiste déclare dans La Voix du Nord que «toute la France est comme cela». «Le clip est trash, mais notre vie est trash», poursuit-il. D'ailleurs, dans son clip, Maestro confie avoir «cassé des cailloux». Et selon une source policière, Maestro, 21 ans, originaire de Moulins, a effectivement récemment «fait de la prison». En droit pénal, l'apologie du délit de détention d'armes sans autorisation est passible de cinq ans de prison et 45.000€ d'amende. Contactés par 20 Minutes, ni le réalisateur du clip ni Maestro n'ont donné suite.