Une star se cache dans «l'Immeuble d'en face»

BANDES DESSINEES Vanyda poétise le quotidien dans le deuxième volume de sa série manga

— 

 
  — no credit

A 27 ans,Vanyda, qui sera en dédicace au Furet du Nord, demain samedi à 16 h, est courtisée par tous les grands de l’édition BD. Mais cette dessinatrice, petit gabarit à la dégaine souple, ne s’en vante surtout pas.Le deuxième tome de L’Immeuble d’en face est sorti hier, chez La Boîte à bulles, un éditeur indépendant. Aurait-elle pu signer ailleurs? LaLilloise hausse les sourcils, minois faussement surpris : « Je ne vois pas pourquoi je serais partie,mon éditeur a fait l’effort de me découvrir et de me défendre. » Le premier opus a sacrément bien marché : six mille exemplaires vendus, pour une histoire intimiste du quotidien d’un immeuble lillois et de ses locataires.Les premières planches ont été publiées dans un fanzine étudiant, LePorophore- comix spongieux, celui de sa bande des Beaux-Arts deTournai.«Que ce soit devenu un bouquin [édité] c’était déjà pas mal. Qu’il soit traduit en anglais et en espagnol, c’était n’importe quoi. Mais qu’il gagne un prix aux Etats-Unis dans la catégorie mangas, là j’ai eu carrément l’impression de prendre la place de quelqu’un»,sourit-elle,narquoise. Lemagazine américainPublishers’Weekly, à destination du monde de l’édition, a classé l’album meilleur manga 2006. Le prochain projet est une chronique collégienne, pour Dargaud. Mais pas question de se la jouer. De toute façon, la bande veille au grain. Toujours là, les camarades de Tournai : c’est avec eux qu’elle loue un minuscule atelier à la Malterie, résidence d’artistes autogérée à Wazemmes. Sur le fatras de sa table traîne une trousse d’écolière, décorée d’une fillette aux traits manga. Oui,mais c’est dans une tasse à l’effigie de Bourriquet –l’âne deWinnie l’ourson– que l’artiste boit son thé. «Mon style,c’est un mélange de BDf ranco-belge et des dessins animés japonais. Tout ce que j’ai ingurgité.» Quant aux histoires… Gare à ceux qui passent une soirée avec elle, ils risquent de se retrouver dans une bulle.

Stéphanie Maurice