« On voit émerger une criminalité structurée »

— 

« Il faut sortir du cliché que les délinquants viennent systématiquement du pays voisin. » Le commissaire divisionnaire Philippe Patisson, coordonnateur au centre de coopération policière et douanière (CCPD) à Tournai, reste prudent sur la délinquance transfrontalière. « Une étude menée à l'université de Gand pour le ministère belge a montré que 80 % des violences et des infractions en matière de stupéfiants dans la ville flamande étaient le fait de»locaux«, contrairement à ce que la population croyait », raconte-t-il.

Néanmoins, la coopération reste utile pour éviter le sentiment d'impunité dans le pays voisin. « On s'aperçoit par exemple que dans les affaires de stupéfiants, les produits sont désormais de plus en plus souvent stockés en Belgique », assure une source policière. « On constate surtout l'émergence d'une criminalité structurée qui va au delà des zones transfrontalières », glisse Philippe Patisson. Les quarante CCPD qui existe en Europe (dont dix en France) sont « le premier échelon de la police européenne de proximité » souligne-t-il. G. D.