Accords et désaccords autour des programmes

— 

« L'essentiel est de s'accorder sur un programme », assure Martine Aubry. Tous les groupes ont déjà préparé le leur. Certaines convergences sautent aux yeux. Ainsi, Martine Aubry, comme les centristes du Gidec, estime « qu'il faut réussir à valoriser les communes qui font du développement économique », une antienne également développée par les ténors de la droite métropolitaine. Et comme Jean-René Lecerf (UMP) à Lille, comme le Gidec, le projet de la maire de Lille veut relancer le commerce de proximité dans les petites communes.

Le mode de gouvernance reste un gros point de désaccord. La droite et les centristes du Gidec fustigent le fonctionnement passé de Lille Métropole et son organisation en dix pôles concentrant les décisions. Martine Aubry, elle, en fait un vecteur d'efficacité. Pourtant, même Damien Castelain, l'un de ses dix ex-chefs de pôle, estime que « le temps du consensus est venu ». Une référence à Pierre Mauroy, qui avait réussi, en associant droite et gauche, à conserver la tête de Lille Métropole alors que la majorité penchait à droite. O. A.