VIDEO. Un modèle d'art brut en péril

PATRIMOINE Une association vole au secours de la Ferme aux avions de Steenwerck...

Gilles Durand

— 

La "ferme aux avions" à Steenwerck (59).
La "ferme aux avions" à Steenwerck (59). — M.Libert/20 Minutes

Où vont atterrir les œuvres de la Ferme aux avions? Le site est connu: chaque usager de l'autoroute entre Lille et Dunkerque a pu, un jour, observer ces drôles d'engins trônant sur le toit d'une maison à Steenwerck. Or, depuis le départ des propriétaires en maison de retraite fin 2012, la maison est à l'abandon. Tout comme les œuvres d'art brut fabriquées avec des matériaux de récupérations par Arthur Vanabelle, un des deux frères propriétaires de la ferme.

Appel aux dons

En début d'année, une association s'est créée pour sauvegarder ce patrimoine en lançant une pétition. «Nous avons recueilli 17.000 signatures. Un appel aux dons ou aux subventions est maintenant lancé pour rénover le lieu et, surtout, conserver les œuvres in situ», explique Gricha Rosov, président de l'Association pour la sauvegarde de la Maison aux avions (Asma) et lui-même à la tête d'un petit réseau d'artistes «outsiders». La direction régionale des affaires culturelles (Drac) ou le musée d'art moderne LaM de Villeneuve-d'Ascq souhaiterait aussi conserver le lieu, mais il reste la propriété des deux frères Vanabelle.

Le défi est donc loin d'être gagné, comme l'explique le maire de Steenwerck, Joël Devos. «Qui va prendre en charge financièrement la gestion de cette maison si elle devient un musée? La commune ne peut pas. Nous avons déjà un musée», note-t-il. Une chose est sûre: une partie des œuvres sera sauvée. «Elles sont déjà placées en lieu sûr», glisse Joël Devos. De son côté, la Fondation du patrimoine est prête à monter une souscription, mais «il faut qu'une collectivité prenne en charge le projet et le pérennise», explique son délégué régional, Pierre Vidal.

>> Retrouvez 20 Minutes Lille sur Facebook

■ De la ferme au musée

Aujourd'hui âgé de 92 ans, Arthur Vanabelle a vu, en 1940, s'écraser un avion dans un champ voisin de sa ferme familiale. Dans les années 1960, il se met à fabriquer des canons et des avions. En tout, plus de 80 objets. «Il ne pensait jamais que ça intéresserait un jour un musée», signale Joël Devos, maire de Steenwerck. En 2010, le LaM de Villeneuve-d'Ascq a fait réaliser un reportage photo et un inventaire des objets en vue d'un plan et d'une maquette.