Fin du psychodrame entre les socialistes et EELV

— 

 

In extremis, et sans le Front de gauche. A Lille, la liste fusionnée PS-EELV a été déposée en préfecture une demi-heure avant la clôture... Après plusieurs rounds de négociation avortés, PS (34, 9 %) et EELV (11, 1 %) étaient entrés sérieusement en discussion en milieu de matinée mardi. Les négociations ont abouti en milieu d'après-midi. Mais le Front de gauche (6, 2 % ), puni pour sa stratégie d'autonomie inédite à Lille, ne fait pas partie de l'accord. « Le PS nous a fait des propositions volontairement ridicules », acte Hugo Vandamme, son chef de file. Et les écologistes ont préféré le confort de la proposition socialiste à une alliance « rouge et verte ».

Conséquence : pour la première fois depuis des décennies, il n'y aura aucun élu communiste sous le Beffroi. En revanche, EELV a obtenu potentiellement neuf places en position éligible sur la liste fusionnée. Mais le projet de centre commercial Lillenium, lui, figure parmi les « points de désaccord ». L'hypermarché de Lille Sud, souhaité par le PS, ne sera donc pas assumé par ses partenaires verts. «C'est comme l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes avec le gouvernement», confie un négociateur EELV. Au moins, Martine Aubry est prévenue. O. A.